• Daniel Pennac « au bonheur des ogres ».

     

    2,5/5

     

    L’histoire :

     

    Monsieur Malaussène, jeune homme qui a la responsabilité d’une grande fratrie, travaille dans un magasin.

    Son rôle : effectuer le « contrôle technique ». Du moins, c’est ce qui est écrit sur son contrat.

    Mais un jour, semble-t-il, comme un autre, une explosion se produit, alors que ce dernier s’affairait admirablement, comme toujours, à sa tâche.

    Cette dernière, au rayon jouets, est suivie bientôt par une autre, au rayon pulls. Malaussène, à chaque fois, se trouve près du lieu de l’explosion.

    Sera-t-il soupçonné ? Cette probabilité reste importante.

    S’en sortira-t-il ?

    Mes réactions vis-à-vis de ce livre :

     

    1er temps :

    -         Questionnement au début : vais-je poursuivre ?

    -         Un style très particulier. On se demande si l’on va réussir à lire jusqu’au bout.

    2ème   temps :

    -         Au bout d’une 20aine de pages :

    Des personnages qui arrivent en nombre. Un début d’histoire. Mais où veut-il en venir ?

    3ème temps :

    Une histoire qui se construit – On commence à s’attacher au personnage principal,   officiellement employé au « contrôle technique » du magasin, mais en fait jouant le « bouc émissaire ».

    4ème temps :

    Jusqu’où l’auteur va-t-il aller dans le cheminement de son histoire ?

    Du rire par moment.

    Un sourire à la lecture de la dernière phrase du livre.

     

    Conclusion :

    Vous l’aurez compris ce n’est pas le style de livre que j’aurais envie de relire ni de conserver dans ma bibliothèque (d’où le 2,5/5).

    Cependant l’humour par moment fait passer la pilule.

    On arrive même à aborder quelques sujets sérieux au milieu d’une histoire qui semble assez déroutante.

    Les enfants et leur curiosité dans bien des domaines (photographie, astrologie, chimie…) forcent l’admiration du lecteur face à leur maturité.

     

    Le côté grand frère papa de notre bouc émissaire le rend attachant.

     

    MON AVIS EST PARTAGE SUR :

     

     

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    11 commentaires
  • La chambre d'ambre, surnommée "la huitième merveille du monde", dix mètres carrés de panneaux d'ambre, se volatilise en 1945 : qu'est-elle devenue ?

     4/5

    Berry Steve - Le musée perdu (the amber room)

    L’auteur

    Steve Berry, né en 1955, est un auteur américain de romans policiers à succès.

    "The amber room", la chambre d’ambre, traduit en version française "le musée perdu" est son premier roman, paru en 2003 dans sa version originale (en 2010 en version française).

     

    Suivront " le complot Romanov", "le troisième secret", "l’héritage des Templiers", "l’énigme Alexandrie", "la conspiration du temple", "la prophétie Charlemagne", et, dernièrement, "le mystère Napoléon".

     

    Sujet du livre

    La chambre d’ambre, cadeau du roi de Prusse au tsar de Russie, en 1716, après de multiples transferts (au palais Catherine, près de Saint-Pétersbourg, puis à Königsberg après avoir été dérobée par l'armée nazie lors de l'invasion de Leningrad), se volatilise à la fin de la seconde guerre mondiale.

    Cette disparition constitue l'un des plus grands mystères du monde de l'art.

    Alors qu’elle semble destinée à rester dans l’oubli de la mémoire collective, elle suscite pourtant la convoitise de collectionneurs prêts à tout pour la retrouver.

    Rachel, juge à Atlanta, se retrouve plus ou moins malgré elle, embarquée dans la recherche de cette dernière, décidée à résoudre l’épais mystère qui entoure sa disparition.

    Les personnages principaux

    Rachel Cutler, juge, fille de Karol Borya, Russe faisant parti d’une commission  extraordinaire à la fin de la seconde guerre mondiale ayant aidé Staline à « prendre » (il pensait alors agir pour le bien de la Russie)  les objets d’art pillés par Hitler.

    Paul Cutler, avocat et ex-mari de Rachel, réfléchi, doux, organisé, méthodique, prévisible.

    Christian Knoll et Suzanne Danzer, « chercheurs » d’objets de collections pour des employeurs concurrents, prêts à tout pour trouver la chambre d’ambre.

    Les personnages secondaires

    Chapaev, ami du père à Rachel, faisant également parti de la commission, qui a mené une correspondance discrète avec ce dernier à propos de la chambre d'ambre durant de nombreuses années.


    Wayland McKoy, chasseur amateur de trésors, qui est à l'origine du nouvel intérêt pour la chambre d'ambre, et a bien l'intention de creuser dans les montagnees du Hertz pour y découvrir le trésor.

    Une interview très intéressante faite avec l’auteur sur le sujet

    Dans laquelle il répond aux questions suivantes notamment :

    • Comment avez-vous eu connaissance de la chambre d’ambre ?
    • Comment avez-vous réuni les éléments historiques et artistiques ?

     

    Je vous invite vivement à suivre le lien afin de mieux comprendre le cheminement de l'auteur pour concevoir son livre et avoir des informations complémentaires. 

      

    Que conclure après lecture ?

    Un roman bien documenté, divertissant, qui ne ménage pas le suspens et se lit très facilement.

     

     MON AVIS EST PARTAGE SUR :

     

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique