• Laetitia Colombani - La tresse (2017)

    20/20

    "Toute femme et encore plus toute mère ne pourra que ressentir ce livre comme un ultra choc. Magnifiques et poignants que ces trois parcours de femmes fortes, presque invincibles ! "


    HISTOIRE

     

    Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

    Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

    Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

    Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

    Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

     

    AVIS

    Magnifique histoire qui se tisse/se tresse au fil des pages.

    Une écriture sensible, féministe, engagée, forte.

    Un cri lancé pour toutes ces femmes en mal de vivre à cause d'un mal (maladie), à cause des mâles, d'une société qui, de tout temps, les a malmenées.

    Différents Pays, différentes façons de voir la femme, mais rarement en tant qu'être égal de l'homme, de tous temps.

    Celle-ci doit prouver sans cesse qu'elle a sa place dans la société, pas seulement en tant que génitrice, pas en tant qu'être inférieur, mais avec la capacité d'exister par elle-même, pour elle-même, avec ceci de différent que bien souvent, il est vrai, ses enfants, sa famille, bien plus que pour la majorité des hommes, portés par leur égoïsme, sont le moteur qui les fait avancer, les encourage, les pousse, les mène à se surpasser. 

     Avis copinautes :

    Chez Clio 

    Chez Khanel

    Autres ouvrages parus depuis avec, semble-t-il, toujours autant de succès :

    - La tresse ou le voyage de Lalita (2018)

    - Les victorieuses (2019)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Camilla Läckberg

    La Sorcière

    15/20

    "Long mais intense - ça se lit facilement - l'écriture est très aisée - les trois histoires en parallèles : j'adore toujours ce genre de livre ! ça donne du piquant - l'intrigue est plus complexe.

    Fiction, sorcellerie, réalité ... Chacun se fait son idée..."

    La sorcière

    HISTOIRE

     

    Une fillette de quatre ans disparaît de la ferme isolée de ses parents. Après une longue battue, Nea est retrouvée nue sous un tronc d’arbre dans la forêt, assassinée. Fait troublant : la fillette se trouvait à l’endroit où, trente ans plus tôt, avait été découvert le corps sans vie de la petite Stella, une fillette du même âge qui habitait la même ferme. À l’époque, deux ado­lescentes, Marie et Helen, avaient été condamnées pour le meurtre : elles avaient avoué avant de se rétracter.

    Désormais mariée à un militaire autoritaire et psychopathe, Helen mène une vie recluse, non loin de la ferme, dans l’ombre des crimes passés. La belle Marie, quant à elle, est devenue une star du cinéma à Hollywood ; pour la première fois depuis la tragé­die, elle vient de revenir à Fjällbacka pour un tournage.

    Cette coïncidence et les similitudes entre les deux affaires sont trop importantes pour que Patrik Hedström et son équipe puissent les ignorer, mais ils sont encore loin de se douter des répercussions désastreuses que va avoir leur enquête sur la petite loca­lité. De son côté, Erica Falck écrit un livre sur l’affaire Stella.

    Une découverte la trouble : juste avant son suicide, le policier responsable de l’enquête à l’époque s’était mis à douter de la culpabilité des deux adolescentes. Pourquoi ?

    Dans ce dixième volet, le plus ample et peut-être le plus abouti de la série Fjällbacka, Camilla Läckberg est au sommet de son art.

     

    AVIS

    777 (beau chiffre !) pages qui passent très facilement.

    Oui, j'avoue avoir un peu lu en diagonale certaines descriptions parfois mais la lecture reste facile et agréable.

    Seule chose : le nombre de personnages au départ. On gymnastique un peu mais, pris par l'histoire, on les assimile très bien.

    Trois périodes= Un LIEN ? ELIN

    (anagramme ! juste une parenthèse personnelle). 

    Toujours des petites filles du même âge, pleines de vies, joyeuses.

    J'ai particulièrement apprécié ce personnage d'Elin, au XVIIème siècle, avec sa fille Marta. Douce, aimante, empathique. On ne peut qu'être hors de soi lorsque l'on voit ce qui lui advient.

    Elle dit d'ailleurs quelque chose de crucial (au moment où elle le dit la douceur ne peut plus être de mise) :

    " Puissiez-vous tous brûler en enfer. Oui, puissent aussi tous vos descendants connaître le déshonneur, la mort et le feu.

    Génération après génération...".

    Helen et Marie et leurs familles (ascendants comme descendants) sont très spéciales . Même si, de prime abord, celle d'Helen semble presque parfaite. Qui est parfait ? Qui ne l'est pas ? La petite Stella mourra quoi qu'il arrive.

    Quant à Nea, la dernière petite à trouver la mort, non loin de chez Helen, comment ne pas penser à une similitude entre les deux affaires. La mort de Stella reprochée à Marie et Helen ... Marie qui revient dans les parages au moment de la mort de Nea...

    Trois histoires rondement menées de façon alternée.

    On recoupe petit à petit les unes et les autres.

    Et à la fin ... on reste encore à se demander si le tueur est bien celui ou celle que l'on pense ...

     

    Un bon livre que je conseille !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Alice Munro

    Trop de bonheur

    (Prix Nobel de Littérature)

    Résultat de recherche d'images pour "TROP DE BONHEUR"

    HISTOIRE

    Le temps n'efface rien. Marlène et Charlène restent hantées par un terrible secret d'enfance, Sally tremble de revoir son fils après des années de silence et Doree a changé d'identité pour oublier le passé.

    Fortes ou fragiles, belles ou fanées, ces femmes combattent avec courage, inlassablement, pour une accalmie dans la tempête, un instant de bonheur.

     

    AVIS

    Je reste mitigée sur ce livre composé de plusieurs nouvelles.

    Certaines m'ont plu, d'autres m'ont comme laissé en suspend ... Me demandant quel était le message ... si j'avais loupé quelque chose ...

    Surtout la nouvelle n°2 nommée fiction ...

    Quant à la dernière ... j'en ai lu la moitié et me suis arrêtée.

     

    Des histoires de femmes qui, justement, cherchent un peu de bonheur, de reconnaissance, en ce monde tellement masculin qui oublie leur part d'intellectualité et cherche à les cantonner au rôle de bobonnes, le plus souvent, ou de génitrices.

    Mais aussi l'amour des femmes pour leurs maris, leurs enfants, au-delà de tout, lorsque cela s'avère possible.

    Je cherche encore pourquoi ce livre a eu un prix nobel ... 

    Mon esprit, je le crains, n'est pas assez subtil pour comprendre toute la finesse de cette auteure.

    Pour revenir à du positif, j'ai apprécié les nouvelles suivantes :

    - Dimensions :

    Une femme. Son mari. Une amie. Leurs enfants. Un dénouement surprenant ...

    - Fiction :

    Deux femmes - L'une évincée - Un mari ... Une enfant ... Un dénouement surprenant - Une fin que je cherche encore à comprendre ...? 

     

    Wenlock Edge :

    Deux jeunes filles étudiantes - Un monsieur d'un certain âge - Un dîner spécial. Un questionnement ...Un dénouement, vous l'aurez compris, surprenant !

     

    Trous-Profonds :

    Deux parents : Alex et Sally. Leurs enfants. Kent, le plus imprévisible, déroutant. Comment va-t-il devenir ? 

    Visage :

    Un jeune garçon avec une tâche de vin sur le visage particulièrement impressionnante - Une amie d'enfance ... Un dénouement S...

    Des femmes :

    Le mari alité - La femme presque absente - Les 3 autres autour ... Comment cela va-t-il se terminer ?

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Lemaître Pierre 

    ALEX

    16/20

    "Jusqu'où peut aller l'esprit humain ... Jusqu'où peut aller la main de l'homme ... peurs,vices...parfois la vie est plus qu'injuste pour certains ..."

    Alex par Lemaitre

     HISTOIRE

    Qui connaît vraiment Alex ?
    Elle est belle. Excitante. 
    Est-ce pour cela qu'on l'a enlevée, séquestrée et livrée à l'inimaginable ?
    Mais quand la police découvre enfin sa prison, Alex a disparu. 
    Alex, plus intelligente que son bourreau. 
    Alex qui ne pardonne rien, qui n'oublie rien ni personne. 

    Un thriller glaçant qui jongle avec les codes de la folie meurtrière, une mécanique diabolique et imprévisible où l'on retrouve le talent de l'auteur de Robe de marié.

     

    AVIS

    Lemaître nous emmène à nouveau sur des chemins glissants ... 

    Jusqu'où va la folie de l'homme...

    Son style reconnaissable, sa patte, nous pousse à avancer dans le roman, à vouloir comprendre ... 

    Pourquoi Alex a-t-elle été ainsi enfermée dans cette cage minuscule ? 

    Quelles sont les motivations du kidnappeur ? 

    Quelle est son histoire ? son passé ? Sa vie ? 

    Doit-elle être prise en pitié ? 

     

    On retrouve notre policier Camille Verhoeven avec plaisir, même si lui, vraiment, ce serait passé de cette affaire depuis le décès de sa femme, Irène.

    Égal à lui-même, il ne lâchera rien.

     

    La fin réserve vraiment une sacrée surprise !!! 

    J'en suis encore toute retournée ... brrrrr ....

     

    Autres livres lus du même auteur :

     Travail soigné et Rosy et John

    +

    Avis Khanel sur Alex

    .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • KAMPUSCH Natascha

    3096 jours

    (histoire vraie)

     

    19/20

    Qui peut juger quelqu'un en captivité durant plus de 8 années ? On ne peut se mettre à la place de Natascha et comprendre qu'elle puisse parfois presque aimer son bourreau ... l'être humain est ainsi fait - de complexité - Natascha a énormément de force en elle pour se soulever - physiquement et intellectuellement - face à son agresseur - malgré l'état de diminution infligé. Quel courage ! 

    3096 jours par Kampusch

     HISTOIRE

    Natascha Kampusch a vécu le pire : le 2 mars 1998, à l'âge de dix ans, elle est enlevée sur le chemin de l'école.

    Pendant 3096 jours, huit ans et demi, son bourreau, Wolfgang Priklopil, la garde prisonnière dans une cave d'environ 5 mètres carrés, près de Vienne.

    En août 2006, elle parvient par ses propres moyens, à s'enfuir.

    Priklopil se suicide le jour même.

    Dans ce récit bouleversant, Natascha Kampusch révèle les circonstances de son enlèvement, le quotidien de sa captivité, sa terrible relation avec son ravisseur et la façon dont elle a réussi à survivre à cet enfer.

     AVIS

    Que dire si ce n'est que je suis admirative face à la force, au courage de cette jeune femme !

    Elle fait preuve dès le début de sa captivité d'énormément de sang froid pour appréhender son bourreau.

    Elle lui tient tête autant que possible, lorsque cela s'avère possible. 

    J'ai été soulagée qu'elle n'aborde pas la partie sur le comportement sexuel de Wolfgang. 

    La cruauté de ce dernier vis-à-vis d'elle au niveau des tâches demandées, des humiliations, de la privation de nourriture, des coups donnés est déjà bien assez extrême. Elle semble même presque dire à demi-mot que le reste n'était pas pire ... Je l'espère pour elle ! 

    Celle-ci prend parfois le parti de son ravisseur. Oui il est ignoble. Oui elle a souffert. Néanmoins elle veut croire en une part d'humanité en lui. Elle lui trouve des excuses, le prend presque en pitié. Son comportement positif vis-à-vis de son agresseur a pour appellation  "le syndrome de Stockholm"  - ce qu'elle réfute haut et fort - non il n'y a pas de syndrome - pourquoi comparer ce qu'il y eut à Stockolm et son cas particulier -  il y a deux êtres qui vivent continuellement ensemble ce qui, pour elle, forcément, incite l'un à tenter de comprendre l'autre et parfois, même, de l'apprécier, même si ces fois sont rares, exceptionnelles. Pourquoi parler de Syndrome. Un sujet qui l'a particulièrement heurtée. Au final elle s'est sentie presque plus rejetée par la société qui l'a accueillie puis critiquée que par son ravisseur ! Ce qui est un comble il faut le dire. 

    Heureusement cette jeune fille forte a réussi à s'enfuir - enfin - au bout de quelques tentatives infructueuses - et à retrouver les siens. Déjà majeure elle souhaite vivre seule, faire sa vie, normalement

     

    Au final,  j'ai apprécié l'écriture et la façon d'être et de penser de Natascha. Sa maturité. Son intelligence. 

     

    A lire :

    10 ans de liberté par Kampusch

    Le 23 août 2006, l’un des pires enlèvements de ces dernières décennies prend fin. Natascha Kampusch réussit à s’enfuir de la cave dans laquelle elle était retenue prisonnière depuis huit années. Dans un récit saisissant, 3096 Jours, elle a raconté son effroyable calvaire. Dix ans plus tard, elle nous livre un aperçu de son retour à la liberté : ses expériences, les plus douloureuses comme les plus belles, ses rêves et ses cauchemars, son investissement dans des projets humanitaires (notamment au Sri Lanka) et son engagement auprès de jeunes eux aussi blessés par la vie. Peut-on s’affranchir d’un passé aussi terrible ? Comment trouver la force de se reconstruire après un tel traumatisme ?

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • MUSSO Guillaume

    L'instant présent 

    19/20

    L Instant Présent   de musso  Format Cartonné  HISTOIRE

    Pour payer ses études d art dramatique, Lisa travaille dans un bar de Manhattan. Elle y fait la connaissance d Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. En apparence, il a tout pour plaire.
    Mais Arthur n'est pas un homme comme les autres.

    Deux ans plus tôt, il a hérité de la résidence de son grand-père : un vieux phare isolé dans lequel une pièce a été condamnée.

    Malgré sa promesse, il a choisi d'ouvrir la porte, découvrant une vérité bouleversante qui lui interdit de mener une vie normale.


    Sa rencontre avec Lisa va tout changer et lui redonner une raison d'espérer. Dès lors, Arthur et Lisa n'ont qu'une obsession, déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

     

    AVIS

    Un vrai régal depuis le temps que je n'avais pas lu du Musso.

    On sait assez vite pourquoi ce phare est un piège. L'auteur mène le suspense juste le temps qu'il faut sans trop pour ne pas que l'on s'embrouille dans d'inutiles questionnements ...

    Un rythme mesuré, qui donne envie de lire ce livre (lu en deux jours) d'un trait.

    Le phare et ces 24 vents ... fait de la vie du personnage principal un tourbillon ...

    Et comment sortir de sa spirale infernale ? 

    L'amour est-il la solution ? Un pansement sur la douleur ? Une parenthèse sur son malheur ? 

    La fin est très bien trouvée !

    J'ai beaucoup aimé !!

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je suis tombée par hasard sur ce livre ..

    Dont j'ai bien apprécié la lecture.

     

    La jeune fille aux oracles 

    Judith Merkle Riley

    17/20

     

    La jeune fille aux oracles par Riley

     

    HISTOIRE 

    Violée par son oncle à l'âge de quinze ans, Geneviève Pasquier est sauvée du suicide par La Voisin, la célèbre voyante.

    Celle-ci va la droguer pour mieux exploiter le don que possède la jeune fille : elle peut lire l'avenir dans un verre d'eau.

    Sous le nom de la marquise de Morville, Geneviève rend des oracles qui font courir tout Paris et qui vont la conduire jusqu'à Versailles.

    Mais "l'affaire des poisons" éclate où La voisin est impliquée ...

     

    AVIS

    J'ai bien apprécié l'écriture de cette auteure.

    Elle nous embarque à l'époque du règne de Louis XIV et de la rivalité entre ses maîtresses, avec la plus célèbre d'entre toutes, Madame de Montespan*.

    Tout n'est qu'intrigues et complots. 

    La sorcellerie est un créneau plus que lucratif.

    Les philtres d'amour, poisons, prédictions, messes noires vont bon train.

    Notre jeune Geneviève Pasquier, si intelligente et raisonnée, entre grâce à son pouvoir de devineresse, dans un cercle restreint de femmes qui gagnent leur vie, sans être dominées par les mâles alors tout puissants.

    Les sorcières mènent la danse, dominent, s'imposent, apprivoisent leurs proies.

    Mais l'amour annihilera-t-il sa raison ? La conduira-t-il sur un chemin dangereux ?

    Car l'intelligence en matière d'amour ne sert à rien ...

     

     

    *Madame de Montespan

    une favorite influente

    1640-1707
     

    Maîtresse de Louis XIV en 1667, la marquise de Montespan est arrivée à la Cour grâce à Anne d’Autriche. Cette femme à la beauté éblouissante et redoutée des courtisans, grâce au célèbre « esprit Mortemart » qui caractérise sa famille, jouit d’une grande influence sur la vie de la Cour. Passionnée par les arts et protégée par le roi, elle occupe un appartement proche du sien avant d’être évincée vers 1680 par Madame de Maintenon et de quitter définitivement Versailles en 1691.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Judith KELMAN 

    La petite fille en haut de l'escalier

    Suspense

    15/20

    La petite fille en haut de l'escalier par Kelman

    HISTOIRE

     

    Quand la vie d'une jeune mère vire au cauchemar ...

    Un roman noir psychologique, tendre et bouleversant.

     

    Emma Colten, jeune artiste new-yorkaise, est une femme comblée.

    Son mari, Sam, brillant chirurgien, l'adore, tout comme son merveilleux petit garçon Tyler.

    Cette dernière attend son deuxième enfant avec bonheur, quand l'éminent Dr Malik et sa famille emménagent au-dessus de chez eux.

    Emma va commencer sa descente aux enfers.

    Quels sont ces cris de fillette étranges, venus d'en haut, qui résonnent au coeur de la nuit ?

    Est-ce cela qui perturbe Tyler au point de rendre son comportement si inquiétant ? 

    Et pourquoi Sam devient-il soudain si froid et distant ?

    Est-ce lié à la présence de Suzanne, la belle assistante de Malik ?

    Alors que l'existence sereine d'Emma se lézarde peu à peu, un drame brutal va tout faire voler en éclats ...

     

    AVIS

     

    A lire le résumé de l'histoire on ne peut qu'avoir envie de prendre le livre et de le lire.

    C'est ma fille qui m'a déniché ce livre et je l'en remercie parce-que, même si j'ai lu des critiques très négatives, pour ma part, j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire.

    L'écriture de l'auteure est agréable.

    Le cheminement de l'histoire se fait petit à petit mais je ne trouve pas, pour ma part, le rythme trop lent mais juste comme il faut et j'ai lu la seconde moitié du livre sans pouvoir m'arrêter ...Tellement j'étais happée et j'avais envie d'en découvrir le dénouement.

    Certes, la fin ne m'a pas tellement surprise - je m'y attendais un peu mais me demandais jusqu'au bout si j'étais sur une fausse piste ou pas ...

    Personnellement je relirai donc avec plaisir cette auteure que je viens de découvrir. 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • Amélie Nothomb

    Le voyage d'hiver

    14/20

    "Si toutes les personnes tombant amoureuses en hiver agissaient comme Zoïle ... il resterait peu de monuments ... mais heureusement la plume d'Amélie reste légère malgré la gravité du thème ... L'amour donne des ailes ... ou les brises ..."

    Le Voyage d'hiver

     

    HISTOIRE

     

    Zoïle est tombé éperdument amoureux de la douce Astrolabe, mais la jeune femme consacre tout son temps à Aliénor, une romancière géniale quoique légèrement attardée.

    Par dépit, il décide de détourner un avion et de l'envoyer percuter la tour Eiffel. A moins que ...

     

    AVIS

     

    Les références d'Amélie pour les prénoms de ses personnages restent toujours très intéressantes.

    Elle démontre toujours sa vaste culture (en particulier dans certains de ses livres) et cela me plait infiniment.

    Le personnage bien entendu n'a rien de commun avec vous et moi, même si de prime abord, sa profession le fait paraître comme quelqu'un de simple et banal.

    Zoïle serait perçu par les uns comme quelqu'un de fin et cultivé, par d'autres de dérangé et dangereux.

    Il est certainement, par ailleurs, un peu des deux ...

    Mais est-ce que aimer d'amour fou peut amener à accomplir un acte plus fou encore ?

     

    EXTRAITS

    P.25 :

    Zoïle :

    " Je hais la haine et pourtant je la ressens. Je connais ce venin qui s'inocule dans le sang en une morsure et qui infecte jusqu'à l'os."

    P.57 :

    Zoïle :

    " Tomber amoureux l'hiver n'est pas une bonne idée. Les symptômes sont plus sublimes et plus douloureux. La lumière parfaite du froid encourage la délectation morose de l'attente. Le frisson exalte la fébrilité." 

    " L'hiver et l'amour ont ceci de commun qu'ils inspirent le désir d'être réconforté d'une telle épreuve."

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Amélie Nothomb

    Journal d'Hirondelle

    11/20

     

    Journal D'hirondelle   de Amélie Nothomb  Format Beau livre

     

    HISTOIRE

    Un homme.

    Radiohead.

    La mort.

    Pourquoi décide-t-on un beau jour de devenir tueur à gage ? Quel intérêt ? 

    Qui décide-t-on d'être ? Quelles sont nos motivations ?

    La vie peut si facilement dévier ... Passer d'un chemin vers l'autre ...

     

    AVIS

    Ce livre est assez dérangeant.

    L'esprit d'Amélie n'est jamais simple. Torturé.

    J'aime habituellement et je n'irai pas, de ce fait, stopper un livre de l'auteure, qui m'interpelle toujours malgré tout.

    Néanmoins, j'avoue qu'ici le rituel du meurtrier m'a un peu dérangé.

    Le désir sexuel que lui procure le fait de tuer m'a gênée.

    J'ai donc lu ce livre en restant assez distante ...

    Mais heureusement que cette malette arrive qui "réhumanise" ... un peu... l'individu.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique