• DE MEMOIRE INDIENNE

    Livre écrit par le

    Chef de la tribu des Sioux - Tahca Ushte

    en collaboration avec son ami Richard Erdoes, vivant en parti avec les Indiens.

     

    P.36 : "ils ne sont pas parvenus à me changer en pomme. Rouge à l'extérieur, blanche à l'intérieur."

    Afficher l'image d'origine

     

    HISTOIRE

    Tahca Ushte, né en 1903, chef spirituel de la tribu des Sioux (réserve de Rosebud du sud Dakota) a écrit ce livre afin de donner une autre vision de son peuple que celle qu'en ont donné les autres ouvrages consacrés à ce thème. Ouvrages médiocres la plupart du temps, selon lui.

    Un indien parlant de son peuple : combien de livre de ce type existe-t-il ?

    Un vrai témoignage, rare, sincère et complet, sur tout ce qui fait que les Sioux sont ce qu'il sont et sont devenus tels qu'ils sont. 

    Il exprime avec intensité et émotion tout ce qu'a dû subir son peuple, quelles sont les rites des Sioux et pourquoi ils sont si importants et immuables.

    Il retrace sa vie, ce qu'il a appris, vu, fait, durant son existence.

    Quelques passages que j'ai aimé montrant l'esprit de Tahca Ushte, voyant-guérisseur, qui ne manque pas d'humour et d'objectivité :

     

    " p. 36 :

    parlant des blancs : "ils ne sont pas parvenus à me changer en pomme. Rouge à l'extérieur, blanche à l'intérieur."

    p. 46 :

    "Les artistes sont les Indiens du monde blanc". 

    " Les hommes blancs ne donnent rien pour rien."

    p.74 : LAMENTATION DES SIOUX  :

    "Ils ont fait captive toute la nation Sioux

    et dans une réserve l'ont jetée vive

    Ils ont brisé notre ligne de vie et le tomahawk et l'arc et le couteau.

    Ils ont mis nos enfants dans leurs berceaux

    et ils nous ont dénudé de nos peaux

    Ilns nous ont volé notre langue maternelle

    et ils imposent leur anglais à nos enfants.

    Notre vieux tipi qui nous est si cher

    Ils le réduisent à une curiosité touristique

    Les colliers que nos mains composaient

    Ils sont fabriqués au Japon

    Si les Blancs veulent nous détourner de notre route

    Ils ne changeront jamais nos coeurs et nos âmes."

    p. 122 :

    L'INDIEN = LE CERCLE est le symbole des hommes et des femmes rassemblés autour du feu de camp.Le camp dans lequel chaque tipi avait sa place forme aussi un cercle. ..

    L'HOMME BLANC = LE CADRE = maison, building,murs, séparations, téléviseurs,ordinateurs...

     

    P. 126 :

    "Pour nous, Sioux, les QUATRE VERTUS que doit posséder un homme sont :

    - la bravoure,

    - la générosité,

    - l'endurance,

    - la sagesse.

    Les QUATRE VERTUS que doit posséder une femme  sont :

    - la bravoure,

    - la générosité,

    - la sincérité,

    - la fécondité.

    Le chiffre 4 est important pour les Sioux : quatre bouffées de calumet, quatre cuillères de peyotl, quatre nuits pour la hanblechia, la quête de voyance...

     

    P. 139 :

    "Vous n'en finissez pas d'être pressés. Toute cette hâte et cette précipitation rétrécissent l'existence."

    " Si vous retirez à l'Indien son patrimoine, il reste les ressources de la prière, de ses chants ancestraux. Il peut encore célébrer le yuwipi pour que le pouvoir et la sagesse reviennent."

     

    p. 169 : 

    " La régulation des naissances ....Nous y avons été soumis cent fois ... assassinat, décimation ... à Wounded Knee, Sand Creek, Washita."

    p. 240 : 

    " Il est bien que les Indiens s'intéressent aux religions anciennes comme à un trésor commun qui les unit dans leur conception de la nature, qui fait d'eux un seul peuple, plus seulement des Sioux, des Cheyennes, des Navajos, des Pueblos, des Iroquois, des Haïdas, mais un ensemble vaste, plus large - les Indiens."

     

    p. 255 :

    " Sitting Bull mourut à Standing Rock tué par les blancs".

     

    AVIS

    Un livre très intéressant.

    On ressent dans le discours de Tahca Ushte beaucoup de sagesse, la sagesse de son peuple et de tout le peuple Indien, malgré la façon dont le peuple blanc agit envers les Indiens.

    Il plaint presque ce peuple blanc, si pressé, si peu en communion avec la nature, qui mange mal, se soigne mal, et fait du mal, à lui même et aux autres.

    Ce peuple blanc, intéressé uniquement par "la peau de grenouille verte" = le dollar = l'argent, qui le rend mesquin, méchant, égoïste.

    Il ne veut surtout pas lui ressembler.

    Il parle de son peuple, des massacres,du désir de domination des hommes blancs alors que les Sioux vivaient paisiblement dans la nature, en exploitant les ressources simplement, intelligemment, en faisant communion avec elle.

     +++

    AVIS GRAND SACHEM - FÉRU DU PEUPLE INDIEN :

    http://grand-sachem-la-brocante.over-blog.com/2017/04/la-memoire-indienne-de-tahca-ushte.html 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    10 commentaires
  • PRENDS SOIN DE MAMAN

    Shin Kyung-sook

    (Roman offert)

    Afficher l'image d'origine

    J'ai noté ce livre sur livraddict : 17/20

    Faut-il être une femme pour apprécier ce livre ? Je le pense. Majoritairement (des hommes sensibles existants en ce monde heureusement !).  Il ne faut pas chercher "ce qu'il va se passer" mais se pencher sur "ce qu'il s'est passé", sans précipitation. Ici les sentiments primes sur l'action. Un livre à savourer, simplement. Très poignant. 

     

    HISTOIRE

    Le jour où Pak Sonyō  disparaît, égarée dans la métropole alors qu'elle suivait son mari, ses enfants, devenus adultes, voient un abîme s’ouvrir devant eux.

    Ensemble, ils se démènent pour la retrouver. Et, chacun à son tour, ils explorent ce lien unique qui les liait – les lie encore – avec celle qui leur a donné le jour.

    Les attentions quotidiennes, au village où ils ont été élevés, les espoirs que leur mère plaçait en eux, son soutien indéfectible… Eux qui sont partis vivre leur vie, laissant derrière eux cette femme uniquement préoccupée de leur bonheur, se heurtent à son absence. Au vide auquel elle les confronte. 

     

    MON AVIS

    Tout d'abord je ne peux que remercier chaleureusement la personne qui m'a offert ce livre et qui connait assez bien mes goûts je dois dire !

    J'ai aimé cette auteure, sa façon de narrer les événements passés et présents, les sentiments.

    J'ai été émue aux larmes (cela dit j'ai la larme facile ...mais tout de même !) surtout à la fin, cela allant crescendo. 

    Ce n'est pas un livre d'action mais un livre de réflexion :

    Réflexion sur la vie, la vitesse à laquelle elle passe, les différences de point de vue des générations sur la façon de gérer le quotidien, entretenir les liens.

    Réflexion sur l'amour, le besoin de compréhension et de chaleur humaine, qui parait être une chose si simple et qui est pourtant souvent si inaccessible.

     

    Comment, issus d'une famille de la campagne, les enfants de cette femme, devenus citadins, peuvent presque en oublier ce qu'était leur vie avant ...

    Pourquoi faut-il un événement aussi sinistre et grave que la perte de leur mère pour qu'ils s'aperçoivent  ce qu'elle représentait à leurs yeux, l'importance qu'elle avait, tous les efforts qu'elle avait dû accomplir tout au long de sa vie pour eux, avec les moyens dont elle disposait, avec le capital santé qui lui était donné...

    Certes, Pak Sonyō a aussi ses petits défauts. Elle n'est, comme tout un chacun, pas parfaite. Mais Dieu qu'elle a été dévouée, aimante, et cela pour quoi en retour ? ...

     

     

    NB : Un livre à lire par tous les enfants pour revoir leurs rapports à leur mère et ne pas attendre qu'il soit trop tard pour la chérir et l'envelopper de tout l'amour qu'elle mérite.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  • Musso Guillaume

    La fille de papier

    Afficher l'image d'origine 

    Ma note attribuée sur livraddict : 17/20

    Quel imaginaire ce guillaume Musso ! je place ce roman en deuxième dans ma liste lue jusqu'ici de cet auteur, derrière "demain", mais très bon aussi.

     

    HISTOIRE 

     

    Billie, Personnage crucial de la" Trilogie des anges" de l'auteur Tom Boyd, apparaît un jour soudainement dans la vie de l'écrivain alors qu'il est au plus bas et en manque total d'inspiration.

    Ses amis de toujours, Carole et Milo, tout d'abord dubitatifs, vont chercher à épauler Tom du mieux qu'ils pourront.

    Mais que faire lorsque un personnage de fiction rejoint la réalité ? 

    Quel temps lui est impartit dans notre monde ? 

    ...

     

    AVIS

     

    Un roman sympathique, même si pour moi le meilleur roman de Musso reste DEMAIN.

    L'histoire est bien ficelée.

    Il faut tout de même une sacrée dose d'imagination ! et là je dis bravo.

    A lire pour se détendre et s'évader vers un ailleurs ... Possible ...

    Un moment agréable.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    11 commentaires
  • Patricia MacDonald

    La fille sans visage

    La fille sans visage

    J'ai noté ce livre sur livraddict : 14/20

    Le suspense est assez prenant jusqu'au bout. J'ai bien apprécié.

     

    HISTOIRE

     

    Hoffman, New Jersey, une petite ville paisible, une communauté bourgeoise.

    Lorsque l'on apprend que le très estimé et séduisant docteur Avery a poignardé sa femme, c'est la stupeur.

    Rejeté par ses deux fils, il ne trouve de soutien qu'auprès de Nina, sa fille de seize ans, convaincue de son innocence.

    Quinze ans plus tard, libéré sur parole et décidé à retrouver le coupable, il revient à Hoffman.

    Mais la ville est-elle prête à l'accueillir, à lui pardonner ?

    Armée de ses seules certitudes, Nina n'a d'autre choix pour aider son père que d'explorer un passé familial douloureux.

     

    AVIS

    Un  livre que j'ai eu plaisir à lire.

    On se demande jusqu'à la fin si Nina a raison de penser que son père n'est pas le meurtrier de sa mère.

    Nina est un personnage avec un tempérament très ouvert et entier, attachant.

    Son frère Patrick donne, lui, l'impression d'un être sans coeur, qui ne pense qu'à lui et à l'argent.

    Quant à son autre frère, Jimmy, ex drogué, il passe, tel une ombre, sur ce tableau familial ...

    Seule contre tous, va-t-elle réussir à faire disculper son père ? 

    Dire à tous qu'il n'est pas le meurtrier froid et calculateur que l'on prétend ?

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    11 commentaires
  • Riquet à la houppe

    Amélie Nothomb

    Afficher l'image d'origine

    AVANT PROPOS :

    Ce livre d'Amélie Nothomb, encore plus qu'un autre, m'a donné envie de le lire.

    Pourquoi ?

    Parce-que, dans ma jeunesse, mes parents avaient l'histoire de Riquet à la houppe sur disque 33 tours (et oui !!)  ; histoire que j'ai écouté en boucle tant elle était merveilleusement contée.

    Aussi le fait qu'Amélie reprenne ce thème n'a pu que m'interpeller et m'inviter à lire son roman.

    Et je dois dire que je ne suis pas déçue. 

     

    HISTOIRE

    Enide, mariée à Honorat, accouche à 48 ans d'un petit garçon qu'ils prénomment Déodat (don de Dieu). ce dernier arrivant à un moment auquel le couple pensait ne jamais pouvoir avoir d'enfant.  L'enfant né, mais est d'une laideur absolue.

    De l'autre côté de la Seine, cette histoire se déroulant à Paris, Rose et son mari, Lierre, ont une fille d'une absolue beauté, qu'ils décident d'appeler Trémière.

    Riquet se révèle d'une intelligence aussi surprenante que sa laideur.

    Trémière d'une sottise (semble-t-il) aussi incroyable que sa beauté. 

    Tout deux poursuivent leur chemin... 

     

    AVIS

    J'ai beaucoup aimé ce roman. 

    Les prénoms peu communs, la justesse des propos.

    Des personnages extraordinaires pour un roman peu ordinaire.

    Amélie revisite l'histoire de Charles Perrault à sa façon, et elle y arrive très bien.

    Beaucoup de ses romans parlent de la beauté et de la laideur en y mettant des frontières moins nettes que tout un chacun. 

    Pourquoi la laideur d'un individu serait si abjecte si son intelligence est rayonnante ?

    Pourquoi la beauté  d'un être serait si envoûtante si sa bêtise ternit l'image qu'il renvoie ?

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    9 commentaires
  • La couleur du lait

    Nell Leyshon

     

    Ma note attribuée sur livraddict : 14/20

    Un destin tragique - une jeune fille simple, droite, qui appelle un chat un chat -

    loin des travers de la société - élevée à la campagne, elle est naturelle -

    et ce naturel désarçonne ses interlocuteurs autant qu'elle leur donne le sourire ...

    La couleur du lait par Leyshon

    HISTOIRE

    1831, Mary, une jeune fille de 15 ans, mène une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.

    Simple et franche, mais lucide et entêtée, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée chez le pasteur Graham pour servir et tenir compagnie à son épouse, une femme fragile et pleine de douceur.

    Avec elle, elle apprend la bienveillance. 

    Avec lui, elle découvre les richesses de la lecture et de l'écriture...

    Mais aussi obéissance, avilissement et humiliation.

    Un apprentissage qui lui servira à coucher noir sur blanc le récit tragique de sa destinée.

     

    AVIS

    Un livre très facile à lire - court - avec un vocabulaire très simple.

    Authentique, il est truffé de fautes de français - surtout le verbe avoir à la place du verbe être - Le début des phrases est sans majuscule - Il y a certaines redondances.

    Effectivement il est écrit par cette jeune paysanne sans éducation qui a su apprendre à lire et à écrire très rapidement, ce qui lui a permis de se livrer à nous, de nous raconter sa triste vie d' "esclave", sans plaisir, ou si peu.

    Les plaisirs qu'elle éprouve avec ses sœurs et à discuter avec son grand-père lui sont retirés.

    L'argent qu'elle apporte en quittant le foyer suffit à décider son père aussi vite qu'il aurait eu à se décider de vendre un cochon.

    La fin de ce livre m'a bien attristée ...

     

    NB :  A envoyer ...qui le veut ??

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Demain j'arrête !

    Gilles Legardinier

    Couverture Demain j'arrête ! Editions Pocket 2013

     

    HISTOIRE 

    Julie est une jeune femme célibataire, employée dans une banque et curieuse de nature.

    Elle décide de s'intéresser de près à son nouveau voisin alors qu'elle ne l'a pas encore vu.

    Sa boîte aux lettres l'a, en effet, quelque peu interpellée.

    Qui est ce Monsieur Patatras ?

    La voilà lancée dans son enquête quand, tout à coup, bloquée dans sa quête, elle le sent derrière elle ...

     

    AVIS

    Un livre à la fois léger et surprenant !

    L'humour y est très présent.

    Julie sympathique et farfelue. Avec toujours mille et une idées à la seconde, mille et une questions aussi ... avec mille réponses programmées. 

    Mais Julie a surtout un grand cercle d'amis  généreux, près à la suivre dans ses délires, parfois, il faut le dire, très loin de ce que nous pourrions imaginer de possible !

    Attachante, on la suit dans son avancée dans la vie, ses décisions, avec un petit sourire au coin des lèvres.

    Oui Monsieur Legardinier vous nous donnez l'envie d'aimer la terre entière et d'en découdre avec les plus vilains ... Gentiment ... à la façon Julie et son équipe de choc.

    Un moment agréable et divertissant...

     

    AVIS KHANEL 

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  •  

    TALLEYRAND (1754-1838)

    ou le sphinx incompris

    JEAN ORIEUX

    LECTURE   EN   COURS

    Un personnage que l'école n'enseigne pas vraiment ...

    Et pourtant à connaître.

    Il fut au cœur de la révolution française et par la suite Bonapartiste...mais finit par se détourner de cet Empereur qui ne convenait plus à sa vision de la France ...

    Qui est cet homme intelligent, d'un calme imperturbable, flexible et manipulateur ?  

    Jean Orieux le défend malgré toutes les accusations lancées contre lui à l'époque par ses détracteurs ...

     

    LIVRE 

    Qui est Talleyrand ?

     

    L'ex Evêque d'Autun (étiquette qui lui collera à la peau bien après qu'il ne le soit plus), Talleyrand  est surtout un homme politique . Il excelle dans l'art de manipuler son auditoire, de se faire entendre et comprendre à demi-mots.

     Homme de pouvoir ,quelle que soit la période de l'histoire, il sait se faire admettre en bonne place pour prendre de grandes décisions.

     

    Talleyrand disait :

    p.93 : "il y a trois sortes de savoir :

    le savoir proprement dit, le savoir-vivre et le savoir-faire - les deux derniers dispensant généralement du premier."

     

    Il participa à la Déclaration des Droits de l'Homme en écrivant l'article VI :

    p.153 " Article VI - La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes les dignités places et emplois publics selon leurs capacités...".

     

    Il proclama l'école publique en 1791.

     

    Mais Talleyrand aimait également les pots de vins et les femmes - le faste - les jeux - et ne pouvait vivre sans richesse. Aussi toute intervention de sa part en faveur des uns ou des autres était toujours plus que amplement payé.

     

     

     MON AVIS

     

    J'ai apprécié de lire se livre qui nous replonge dans l'histoire.

    Révolution, Directoire, Empire.

    Jean Orieux est fasciné par cet homme qui a su si bien y faire pour passer d'un régime à l'autre.

    Côtoyant le roi en tant qu'évêque il s'est retourné contre les royalistes, et , révolutionnaire  a réussi  cependant , bien que sa tête ait faillit y passer, à s'exiler et revenir ... pour faire proclamer Napoléon, qu'il suivra un certain temps avant de s'en éloigner progressivement, ce dernier étant à son goût trop en recherche d'extension de territoire au lieu de sauvegarder la France telle qu'elle est et en paix avec les Pays voisins.

     

    Un livre riche en citations, ressources, personnages.

    Nous plongeons littéralement au sein des XVIIIème et XIXème siècle.

     

    Cependant le livre est tout de même assez long à lire. Ecrit assez petit et faisant 824 pages au total.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • 13 à table ! (2014)

    Histoires autour d'un repas confectionnées pour les restos du coeur par 13 auteurs connus. 

    Intrigues policières, réunions de famille qui dérapent, 

    retrouvailles inattendues

    ...

    Auteurs : Bourdin,Chattam,Lapierre,Ledig,Legardinier,

    Lemaître,Levy,

    Musso,Périer,

    De Rosnay,Schmitt,

    Thilliez,Werber

     

    AVIS

    Un livre agréable à lire. Moi qui ne suis pas très adepte des histoires courtes, même très courtes en l'occurrence, j'ai été séduite en redécouvrant l'écriture de certains auteurs connus et en découvrant celle de ceux dont j'avais entendu parler jusqu'ici sans jamais avoir lu un de leur livre. Ainsi ai-je pu faire la connaissance en particulier de Maxime Chattam avec beaucoup de plaisir, ainsi que de Franck Thilliez, Eric-Emmanuel Schmitt, Bernard Werber.

     

     

    Mes histoires préférées :

    1/ CHATTAM +++ (psychologique)

    "soit je suis fou soit je suis possédé ...je suis hanté par ma nourriture"

     

    2/ MUSSO ++  (policier) 

    "vous savez si le docteur Montgomery est repassé me voir ?"

    "Il n'y a pas de docteur Montgomery dans cet hôpital."

     

    3/ ROSNAY  (nature humaine)

    "Le prénom de Mamie est Violette mais personne ne l'appelle ainsi. Monique en est venue à détester ce prénom alors qu'il est si léger, fleuri, féminin, toutes ces choses que Mamie n'est pas."

     

    4/ THILLIEZ (émouvant)

    "Trop peu de saumons sont remontés, cette année-là."

     

    5/ SCHMITT ( émouvant)

    "A mes yeux oiseaux et clochards détenaient un privilège : reliés au cosmos par des forces secrètes, ces initiés savaient ce qu'ignoraient les mortels ordinaires, quand une saison meurt,quand naît la nouvelle."

     

    6/ LEDIG (nature humaine)

    "Pourquoi tu pleures ?"

    "Parce-que j'ai faim."

     

    7/ WERBER (humoristique)

    La Langouste : "Personnellement, je préférerais qu'on ne me mange pas ..." 

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires
  • Martin-Lugand Agnès

     Les gens heureux lisent et boivent du café

    14/20

    Afficher l'image d'origine

     

     

    HISTOIRE

     

    Alors que Diane avait tout pour être heureuse dans la vie : un bon mari avec un bon travail et beaucoup d'amour, une enfant adorable, un café littéraire qui la réjouissait, un jour, soudain, tout bascule.

    Un banal accident de la route et son monde idyllique chavire. Elle perd les 2 êtres les plus chers à son coeur. Seul son meilleur ami et collaborateur, Félix, reste auprès d'elle pour la soutenir.    

    Diane, qui n'arrive pas à remonter la pente, fini  par se décider à aller là où elle ne souhaitait pas se rendre avec son mari, là où il fait froid, loin des plages et du soleil qu'elle affectionne, en Irlande, dans un petit village perdu.

    Mais, alors qu'elle pensait faire son deuil en paix, la voilà embarquée malgré elle vers une nouvelle vie sociale ... 

     

    MON AVIS

     

    Un livre plaisant à lire. 

    Certes il ne faut pas être dépressif lorsque l'on démarre le livre, qui, au départ, forcément, n'est pas des plus gais.

    Mais l'écriture est agréable. L'histoire aussi. On se laisse porter jusqu'à la fin... qui n'est pas forcément celle que l'on n'attendait mais qui, dans un sens, semble logique aussi ... 

     

    Avis Khanel sur ce livre ICI 

     

     Lu - même auteure : Entre mes mains le bonheur se faufile

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique