• Marie d'en haut

    Agnès LEDIG

    (coup de coeur lectrices du prix femme actuelle)

     Couverture Marie d'en haut Editions Pocket 2012

    RESUME

    À trente ans, Marie a un caractère bien trempé et de la ressource.

    Lorsque Olivier, lieutenant de gendarmerie, débarque chez elle sans prévenir pour une enquête de routine, elle n'hésite pas à le ligoter pour lui faire comprendre explicitement qu'il n'est pas le bienvenu.


    Mais cette carapace de femme forte dissimule ses fêlures.

    C'est grâce à Antoine, son meilleur ami, et Suzie, sa fille, que Marie trouve un sens à sa vie.


    Et contre toute attente, Olivier va rejoindre le trio. Entre lui et Antoine, la guerre est déclarée. L'enjeu ? Le coeur de Marie.

     

    EXTRAITS 

     

    Poétiques

    P.66 : " Je suis un crétin, ça vous le savez, mais j'aimerais bien être pardonné, par ces quelques roses, veuillez m'excuser, et je vous propose, d'ensemble dîner."

    P.67 : "..on ne peut pas refuser les excuses de quelqu'un, quand elles sont sincères. Il faut les utiliser comme une éponge humide sur le tableau noir et se laisser la chance de réécrire une autre leçon."

    Drôle

    P.186 : "Marjorie, ma copine blonde...victime de la mode. .. Elle est attachante. Elle me demande de quelle marque sont mes vaches, je la questionne sur la race de ses chaussures."

     

    AVIS

     

    Un livre tout en sensibilité, très féminin. Même si Marie et sa fille Suzie ont du tempérament elles sont néanmoins très sensibles. Et les hommes, malgré leur apparence viril, le sont même encore davantage.

    On ressent bien l'écriture féminine. Presque trop ... parfois...

    J'ai lu ce livre - agréable - sans néanmoins le dévorer.

    Je trouve la fin un peu trop riche en événements ... D'un coup ...

    Je reste donc sur une lecture plaisante sans plus...Avec de jolis passages poétiques.

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Pearl BUCK

    Vent d'est Vent d'Ouest

    Couverture de Vent d'Est, Vent d'Ouest

    J'ai redécouvert le temps d'un week-end cette auteure de mon enfance dont j'avais adoré les romans sur la vie chinoise, dont, en particulier, la mère.

     

    HISTOIRE

    "Vent d'Est, vent d'Ouest" retrace l'histoire d'une famille chinoise qui, de tout temps, a toujours suivi la tradition :

    - mariages arrangés entre chinois dès le plus jeune âge des enfants,

    - bandage des pieds des jeunes filles, dont l'unique soucis doit être de plaire et de se conformer aux désirs de leur futur mari, sans chercher à s'intéresser à autre chose qu'à être désirable et une bonne femme d'intérieur, dévouée corps et âme,

    - concubines à loisir pour le mari après s'être "acquitté" de son devoir envers sa première femme,

    - séparation des frères et sœurs dès le plus jeune âge,

    - allaitement maternel effectué par une nourrice lorsque la famille en a les moyens,

    - autorité du père et de la mère, auquel les enfants doivent obéir.

     

    Alors que cette famille modèle, d'un point de vu chinois, suit la tradition en mariant Kwei-Lan, fille de la première épouse, à l'homme auquel elle a été promise, le frère de cette dernière n'entend pas en faire de même et épouse une étrangère, une Américaine.

    Offense aux siens ! il n'a pas le droit de faire cela sans l'accord de son père (surtout) et de sa mère. 

    La tension est tangible au sein du clan. 

    Mais Kwei-Lan, qui, bien qu'ayant épousé un chinois, apprend certaines choses du Pays de l'Ouest, dont son mari revient, y ayant étudié la médecine, se retrouve tiraillée entre deux courants de pensées.

    Elle, si sûre auparavant du bien fondé des traditions, en est tout à coup moins certaine que jamais ...

     

    AVIS

    J'aime l'écriture de Pearl Buck et les sujets sur la Chine. Elle décrit merveilleusement bien cela.

    On sent son vécu dans ce Pays. 

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  •  

    Jim Fergus

    Mille femmes blanches

    9/10

    Milles femmes blanches de Jim Fergus JPEG

    HISTOIRE

    May Dodd, internée à l’asile de force par sa famille pour des causes plus que douteuses, se retrouve séparée de ses enfants et de son compagnon.  C’est alors qu’elle prend connaissance de l’incroyable projet tenu secret : Le chef  de la tribu Cheyenne Little Wolf (petit loup) a proposé au Président  américain de troquer mille femmes blanches contre des chevaux et bisons afin de permettre l’intégration du peuple indien.

    Elle le sait, elle fera parti de ce projet. Tout plutôt que rester dans cette prison hostile ! Mais devenir squaw n’est pas si aisé. Comprendre la langue, les rites du peuple d’adoption, s’y conformer, y adhérer, n’est pas toujours facile, voire parfois impossible.   

     

    EXTRAITS

    « Le capitaine Bourke nous a expliqué que la folie est considérée chez les Cheyennes comme un don de Dieu. » (p.133)

    Gertie : « Cette histoire de bonheur est une invention ridicule des blancs. » (p.276)

    Gertie : « Ils t’ont donné un nom ? Moi on m’appelait Ame’ha’e, celle qui vole, parce-qu’un jour je me suis fait éjecter d’un cheval emballé et que j’ai atterri dans un arbre. Ils ont cru que je savais voler.  May : « Ils m’ont surnommée Mesoke, hirondelle. » (p.276-277)

    « Si les indiens ont peu contribué à la littérature et aux arts de ce monde, c’est sans doute qu’ils sont trop occupés à vivre – à voyager, chasser, travailler – pour trouver le temps nécessaire à en faire le récit ou à méditer sur eux-mêmes. » (p.293)

    « Les femmes montent à chaque fois un camp qui constitue l’exacte réplique du précédent …Le cercle tribal est toujours ouvert à l’est. … on se réveille à la chaleur du soleil levant …» (p.300)

    Black coyote «au lieu d’utiliser l’arsenic pour empoisonner les loups, nous devrions nous en servir pour tuer les blancs. Il n’y a qu’à confectionner de nombreuses miches de pain et les distribuer chez eux . Nous avons bien plus à craindre des Blancs que des loups . » (p.430) 

     

     

    AVIS

     Un livre que j’ai lu avec beaucoup de plaisir. Certes je comprends notre spécialiste des indiens et son avis sur ce livre ICI  et qu’il ait trouvé le début un peu longuet et peu intéressant étant donné qu’il s’agit dans les premiers temps de la vie de May Dodd avant son départ vers la tribu … mais personnellement en tant que personne complètement néophyte sur le sujet  j’ai vraiment pu me plonger dans cet univers dépaysant et singulier.

    Certains passages sont, il est vrai, assez violents ; viols et meurtres se retrouvent dans ce livre.  Mais ils font parti de la vie retracée par ces femmes et restent, heureusement, des évènements rares au sein de la tribu ! La sagesse dominant généralement ce peuple calme et compréhensif.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  •  

    Nothomb Amélie 

    Le sabotage amoureux

    5,5/10

    Amelie Nothomb - Le sabotage amoureux

     

    HISTOIRE

    Amélie, dont le père est diplomate, se retrouve propulsée de son cher Japon vers la Chine et son Communisme.

    Elle a 7 ans. Elle y restera trois ans, de 1972 à 1975. 

    Le ghetto de San Li Tun dans lequel elle réside, loin de tout chinois, mis à part quelques serviteurs, est un lieu propice à la guerre : jeu des plus amusants.

    Amélie se retrouve postée en tant qu'éclaireuse. 

    Alors qu'elle guerroie vaillamment, elle croise le regard d' Elena, magnifique, qui l' hypnotise instantanément.

    Dès lors, rien n'a plus d'importance qu'elle. Il lui faut à tout prix obtenir son amour par tous les moyens.

    Mais Elena, telle Hélène de la guerre de Troie, est une proie qui semble inaccessible ...

     

    EXTRAITS

    P.82/83/84 :

    "En trois années nous n'avons eu de vraie communication humaine qu'avec un seul Chinois : il s'agissait de l'interprète de l'ambassade, un homme exquis qui portait le nom inattendu de Chang. .... " au lieu de dire "dans le passé" il disait "dans l'eau très froide"... "du jour au lendemain il disparut". "Il fut remplacé par une chinoise revêche qui portait le nom inattendu de Chang.Elle ne tolérait pas autre chose que camarade".

     

    P.110 :

    " Il faut reconnaître que le comportement des gosses de San Li Tun était la négation absolue des lois de l'hérédité. Le métier de nos parents consistait à réduire autant que possible les tensions internationales. Et nous, nous faisions juste le contraire. Ayez des enfants."

     

    AVIS

     

    J' avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire. 

    Cependant le fond en est intéressant. Comme toujours avec Amélie.

    Celui des difficultés de  l'amour. Pourquoi l'être que l'on aime ne nous aime-t-il pas forcément en retour ? L'amour s'apprivoise-t-il ?

    Celui de la guerre et du communisme. 

    Il faut se mettre bien entendu à la place d'une enfant de cet âge, même si cela nous parait incompréhensible d'avoir cet attrait pour la guerre que je n'ai personnellement jamais eu ...même à cet âge ... Mais le contexte dans lequel elle vit est tellement différent, éloigné, d'un contexte normal ... 

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • LOUIS TAMAIN

    MEDECIN DE CAMPAGNE

    Médecin de campagne par Tamain 

    HISTOIRE

    Etre médecin à la campagne n'est pas de tout repos.

    Louis, le nouveau docteur du village de Saint-Libertin, dans le Périgord, va rapidement s'en rendre compte.

    Disponible 24h/24, il doit faire face à toutes les situations, des plus banales aux plus insolites.

    Querelles de ménages, hygiène douteuse des patients, leurs confidences impudiques... Il a vraiment épousé sa vocation pour le meilleur et pour le pire.

     

    Quelques extraits insolites :

    p. 247-248 : UN LIEU PEU COMMUN

    " la rivière déborde, Docteur, nous sommes isolés, mais vous appellerez et mon mari viendra vous prendre avec la barque."

    p.90-91 : UNE AUSCULTATION MÉMORABLE

    M. Roupillol, collègue médecin au sommeil incontrôlable, se trouve un jour  en train d'ausculter une patiente mais ... alors que son mari le regarde il s'endort "Roupillol s'attardait anormalement sur le dos de son épouse.... Et lorsque roupillol a lâché son appareil en laissant tomber sa main droite sur les fesses de sa femme, Joseph l'a... réveillé"...

     

    p. 127 à 129 - UN CURETAGE PLUS QU'INSOLITE : 

    " Docteur pouvez-vous venir ? La Marie fait une fausse couche."

    ...

    "La cuisine, avec sa table, était le lieu idéal pour les curetages".

    ...

    "Un garçonnet de trois ans jouait du tambour en tapant sur une boîte de conserve"

    ...

    " Alertées par le tam-tam dont la musique ressemblait au bruit pour les appeler pour la pâtée, toutes les poules s'étaient ruées vers la porte... et engloutissaient, au fur et à mesure qu'ils tombaient, tous les éléments que mes curettes détachaient."

    ...

    " La pièce était tellement nettoyée par les coups de bec qu'il ne restait plus rien."

     

    MON AVIS

     

    Un livre très agréable à lire qui nous plonge complètement dans la vie de ce médecin de campagne entièrement dévoué à ses patients. Beaucoup de situations très insolites qui nous amènent très loin de notre époque actuelle avec nos rendez-vous programmés en salle d'attente. Le médecin est ici autant ami que confident et presque membre de la famille tant il est adopté complètement par elle.

    Quel médecin de nos jours effectuerait des visites gratuites ou contre des victuailles comme le fait ce docteur ? 

    Autre temps.... Autre vision ...

    C'était un temps où comme il nous le dit, les familles nombreuses comptaient au moins 10 enfants ... Et ces dernières ne faisaient jamais venir le médecin sans nécessité absolue...

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Barjavel - Une rose au paradis

    Afficher l'image d'origine

    Histoire 

    Lucie, 32 ans, conduit son "autogire" lorsque ce dernier ne répond plus. 

    Elle se retrouve devant l'Usine UA 27.2 - la 272ème Usine Alimentaire et y rencontre Henri Jonas. 

    Alors que deux minutes avant elle se demandait encore à quoi servait sa vie et si elle trouverait un jour l'amour - elle le sait à présent - à suivre cet homme qui est l'amour de sa vie.

    Mais la terre est vouée à disparaître - la Bombe U menace. 

    Lucie, enceinte de jumeaux, milite. 

    C'est alors que, brusquement, elle est emmenée vers un endroit inconnu.

    Mais où se trouve Henri ? 

    Que se passe-t-il ? 

     

    Avis

    Une lecture plus que surprenante et dépaysante ! 

    Un style très particulier. 

    Nous partons dans un autre monde, complètement différent du nôtre qui laisse, dans un premier temps, perplexe, qui dérange et déroute.

    Nous sommes vraiment en pleine science-fiction.

    Mais petit à petit, une trame se construit. 

    Une logique implacable se met en route, menant les personnages vers une issue inévitable.

     

    Je n'avais pas encore lu cet auteur pourtant si connu. Je m'attendais tout à fait à un style aussi particulier.

    Un livre qui pousse à réfléchir sur le devenir de notre planète ... 

    et  pourquoi sommes-nous, nous humains, toujours présents ? Le serons-nous encore longtemps ?

     

    J'ai bien aimé les références non dites directement mais fortement soulignées à Dieu, Adam et Eve et l'Arche de Noé.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Delphine De Vigan

    LES HEURES SOUTERRAINES

     

    HISTOIRE

    Mathilde, veuve et maman de trois jeunes garçons est cadre dans une grande entreprise. Jacques, son supérieur, lui a toujours accordé sa confiance.

    Or, un beau matin, à la suite d'une réunion au cours de laquelle elle ose contrer ce dernier, le trouvant extrêmement injuste, elle se heurte à un bloc de glace.

    Jour après jour, Jacques n'a de cesse de lui faire payer ce qu'il considère apparemment comme un affront direct  à sa personne.

    Ce jour là encore moins que les autres jours, elle n'aurait dû s'opposer à lui, le contrarier. Harcèlement moral, chute lente et sadique de celle qui fut un des piliers de l'entreprise.

    Parallèlement, Thibault, médecin urgentiste, souhaite rompre avec Lila, jeune femme avec laquelle il poursuit une relation amoureuse terne, sans surprise ; d'ailleurs peut-on parler de relation amoureuse ?  Lila offrant son corps mais restant complètement distante ensuite et avec laquelle aucun projet d'avenir n'est possible.

    AVIS

    Deux êtres dont la vie est "en suspension" .. Malaise, déprime - quand, du jour au lendemain, tout peut basculer ... Avec pourtant si peu de raisons - la seule, l'unique? étant la complexité de la pensée humaine - pourquoi certains sont-ils capables, délibérément ou non, de faire du mal sans motif apparent - pour une blessure d'ego ... ou une insensibilité affective...

     

    J'ai apprécié la lecture de ce livre. J'aime l'écriture de Delphine de Vigan. 

    Néanmoins il est vrai que l'on s'attend à une autre fin.

    Mais notre esprit est surement conditionné par les films et autres auteurs dont la fin semble si loin de la réalité. Tout est beau, tout fini bien.

    Nous plongeons avec Delphine dans la dure réalité du monde actuel et le monde des grandes entreprises dans lequel les êtres doivent se fondre :

    - Ne pas étendre trop son opinion.

    - Etre toujours d'accord avec son supérieur quoiqu'il pense ou dise et il ne t'arrivera rien. 

    Dans le cas contraire : c'est La mise au placard avec tout ce que cela engendre : "perte d'estime de soi", "déprime", "envies suicidaires" ...

    Quant à l'amour, l'histoire décrite ici montre à quel point la ville éloigne les personnes les unes des autres à tel point que, pris par l' "urgence urbaine", certains ne peuvent s'investir dans une relation. D'autres, au contraire, tentent de tout miser dessus même si elle est sans issue... 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • Un régal que ce livre dès la première page ! et jusqu'à la dernière. 

     

    EMILIE CARLES

    Une soupe aux herbes sauvages

     

    20/20

     

    Couverture Une soupe aux herbes sauvages

     

    Le récit coule .... Avec cette femme pleine d'intelligence et de sagesse qui dit les choses simplement telle qu'elle les a vécues à une époque bien plus difficile que la nôtre.

    Début du XXème siècle. La vie paysanne déjà rude de nos jours l'est bien plus alors.

    Emilie Carles a néanmoins la chance à travers son parcours de poursuivre des études pour faire institutrice. Pour une fille de paysan : quel miracle !

    Mais cela ne fut pas chose aisée : il fallait que ses facilités à l'école, ses dispositions pour enseigner, soient  vraiment reconnues et qu'elle obtienne la bourse sans laquelle rien n'aurait été possible son père ne pouvant assumer le prix de ses études.

     

    HISTOIRE 

    Emilie, fille de paysan à Val-des-prés (à côté de Briançon - Gap, dans les Hautes-Alpes (05)), est née en 1900. 

    Outre le fait qu' elle traversa les deux guerres, elle faillit déjà mourir à 6 ans, effectuant une chute de deux étages. Le médecin n'est pas convié. Autre époque, autre vision des priorités. Un veau valait alors plus qu'un enfant, surtout de cet âge, qui n'était alors encore qu'une charge.

    Avec ses frères et soeurs ils sont au nombre de 6. De plus sa mère vient d'être frappée par la foudre en plein champ à l'âge de 34 ans à peine. Son père est complètement perdu, devant assumer l'ensemble des tâches à la maison et au travail des champs.

    Les grands s'occupent des plus petits. Il en est ainsi.

    Emilie survit et mène une scolarité plus qu'exemplaire qui la conduira vers le poste d'institutrice.

    Sa vie est un modèle. Très humaine et sociable, elle ne recherche qu'une chose : aider son prochain, se sacrifier pour le bien être des autres, donner tout ce qu'elle peut.

     

     

    Elle ne conçoit pas que l'on puisse être mesquin, hypocrite, radin, égoïste, jaloux du bonheur de son prochain alors qu'elle même ne souhaiterait qu'une chose : que tous aient ce qu'il faut pour vivre décemment et être heureux. Ni trop, ni trop peu. Les deux n'étant pas une bonne chose.

     

    MON AVIS

    Emilie Carles nous raconte sa vie avec tant d'enthousiasme, de chaleur, d'amour. C'est une bouffée d'air pur que cette femme. Je recommande à tous de lire ce livre ! vraiment. 

    Elle connut beaucoup de malheur, de personnes proches d'elle fauchées par la mort dans le plus jeune âge, elle dut lutter contre les médisances gratuites, la jalousie de certains de sa fratrie et d'autres, la pauvreté, elle dut faire énormément d'efforts pour toujours tout concilier.

    Elle sut se faire entendre et élever la voix.

    Une femme d'exception. Révolutionnaire ? Certes devant tant d'injustices ... depuis la nuit des temps ... 

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Série Jeunesse

     

     Les bonheurs d'Agathe

     Chipie et compagnie

     

    20/20

     

    Série Jeunesse : Les bonheurs d'Agathe - Chipie et compagnie

    Chez Milan Presse.

     

    Nous avons pris un réel plaisir à lire cette bande dessinée avec Flavie, ma fille âgée de 7 ans.

    Sa grande soeur, 11 ans, a bien aimé aussi.

    Il s'agit d'une BD à la fois drôle, intelligente, extrêmement bien conçue (2 pages sur un thème en particulier à chaque fois).

     

    Les titres choisis sont plein de jeux de mots - exemple : 

    - cafards et cancres, là ... (cafards et cancrelats)

    - La censure est en panne (l'ascenseur est en panne) ...

     

    La petite fille, Agathe, est un sacré phénomène, pleine de questions existentielles, de réactions stupéfiantes et comiques et mène ses amies à la baguette.

     

    Terriblement attachante, elle évoque des thèmes tels que :

    - Pourquoi passer autant de temps dans la salle de bain ?

    - Pourquoi préférer les céréales ?

    - Pourquoi on a pas d'animal ? 

    - Pourquoi aller aux anniversaires ? fêter le nouvel an ?

    - Pourquoi suivre son horoscope ?

    - Pourquoi ne peut-on pas tout dire ?

    - Pourquoi il ne vaut mieux pas jouer à l'apprenti coiffeuse ?etc...

     

    Je conseille très vivement cette BD. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Richard Castle

    Mise à nu

     (Nikki Heat Tome 2)

     

     

    L'Histoire

    La plus célèbre des chroniqueuses mondaines est retrouvée morte, assassinée, à son domicile. 

    Pourquoi ?

    Certes la plume au vitriol de Cassidy Towne touche tout le monde, des hommes politiques aux sportifs, en passant par les acteurs, chanteurs... mais de là à donner des motifs d'assassinat, la chroniqueuse a dû vraiment aller très loin.

    La détective Nikki Heat est chargée de l'enquête. 

     Jameson Rook, journaliste qui connaissait de prêt la victime et ex petit ami de Nikki, collabore avec elle dans cette affaire.

    Va-t-il lui être d'une quelconque aide ou, au contraire, retarder son enquête ? 


    Mon Avis 

     

    Pour ceux qui connaissent la série avec la coopération du célèbre écrivain Richard Castle (prénommé dans le livre Jameson Rook) et de la détective Nikki Heat, ce livre nous plonge exactement dans l'ambiance du film - caractère des personnages, mimiques - on ne peut rester sans visualiser les acteurs de la série. 

    Un livre que se laisse lire facilement.

    Seul bémol : beaucoup de personnages.

     

    Les autres tomes :

    1 : vague de chaleur 

    3: froid d'enfer

    4 : cœur de glace

    5 : mort brûlante

    6 : colère ardente

    7 : tout feu tout flamme

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique