• Anny Duperey - Une soirée

     

    Un roman léger, qui se lit vite. Avoir deux amours en même temps est-ce possible ? est-ce convenable ? vivable ? la société conditionne-t-elle nos choix de vie ?

     

     

    L'histoire :

     

    Florence rencontre, alors qu’elle est à la faculté de médecine, deux étudiants forts sympathiques, Romain et Denis.

    Elle ne se doute pas alors que les évènements futurs de sa vie seront conditionnés par ces deux êtres chers.

    L’amour fait place à l’amitié… l’amitié fait place à l’amour...tour à tour.

    Romain et Denis aiment follement Florence mais elle les aime tous les deux sans pouvoir les départager.

    Un trio amoureux se forme, qui n’est  vivable indéfiniment…

    Heureusement Romain le fougueux, l’aventurier, part travailler à Djakarta pendant que Denis, le placide, le sédentaire, fini par se marier avec Florence.

    Mais un beau jour, alors qu’ils arrivent dans leur 18ème  année de mariage, Denis et Florence sont invités à « une soirée » dans laquelle ils rencontreront Romain, revenu temporairement …

    Florence va-t-elle modifier son chemin de vie qui semblait tout tracé face à la vision de ce second amour de jeunesse ?

     

     

    Mon avis :

     

    Un roman d'amour qui se lit très facilement. 

    La vie joue parfois des "farces" alors que le destin semble tracé, sans vague, uniforme, avec un mari irréprochable (semble-t-il ...mais qui est réellement irréprochable ?) ...un travail satisfaisant.

    Que pourrait-il manquer à Florence ? Comment pourrait-elle ne pas s'accommoder de ce qu'elle a ?

    Ce que j'ai aimé :

    Les réflexions masculines qui ressemblent à celles des femmes !! des hommes qui se remettent en question - qui cherchent le pourquoi du comment ... si rare !!

    Ce qui m'a moins plu :

    Le côté effacé de Florence... dominée parfois.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  •  NOTHOMB AMELIE

    ROBERT DES NOMS PROPRES

     Devenir petit rat de l'opéra ... quel enfant mérite un tel sacrifice ? Plectrude peut-être .. mais à quel prix ?

    RESUME

     

    Plectrude vit comme tout enfant chez ceux qu'elle pense être ses parents (en réalité son oncle et sa tante) avec ses deux soeurs.

    Elle est loin de connaître l'épouvantable secret de sa naissance et de la décision de son prénom.

    Car c'est bien le choix de ce dernier qui a conduit sa mère à assassiner son père, lors d'une crise de démence à la suite d'une nuit d'insomnie et à se suicider par la suite.

    S'en suit cependant une enfance heureuse, durant laquelle elle est choyée par ses "parents", et sa "mère" en particulier. 

    Certes, l'école ne l'intéresse pas tellement. La danse, oui.

    Et sa "mère" la pousse dans ce sens, elle qui n'a pas pu devenir petit rat de l'opéra. Elle sent que cette enfant a une grâce et un don à ne pas gâcher.

    Mais devenir petit rat ne s'improvise pas.

    Cependant, même si la discipline de fer imposée est diamétralement opposée à l'enfance qu'elle a  eu - traitée comme un petit enfant roi - elle s'y plie.

    Mais jusqu'où cette discipline la conduira-t-elle ?

     

     

     

    AVIS

     

     

    Amélie reprend des thèmes récurrents tels que :

     

    - la beauté/la laideur,

    - la faim d'amour/de reconnaissance.

     

    Son livre "biographie de la faim", qui parle d'elle, nous montre à quel point "Robert des noms propres" et "Plectrude" sont en fait Amélie elle même, bien que le roman "Robert des noms propres" soit également en grande partie la vie romancée de la chanteuse "Robert", pour qui elle écrivit des textes en 2002.

    "Robert" (Myriam Roulet de son vrai nom) et Amélie se fondent, se confondent.

    Certes, Plectrude, comme la chanteuse Robert a voulu être danseuse et son rêve s'est brisé - elle a dû embrasser une autre carrière. 

    Le nom de l'amoureux est effectivement le même que celui dans la vie de la chanteuse Robert.

    Mais le fond de l'histoire narrée parle de ces deux femmes qui s'aiment et se comprennent.

    Plectrude est une enfant fuit tout d'abord par ses camarades de classe et même leur faisant peur avec ses grands yeux comme Amélie intriguait elle même ses camarades de classe au Japon avec son teint blanc et avait dû subir un "déshabillage" pour voir si elle était bien blanche intégralement.

     

    Plectrude est ensuite adulée par ses camarades après avoir été qualifiée de génie comme Amélie l'a été (adulée).

     

    Plectrude devient anorexique à l'école des petits rats de l'opéra à cause d'une discipline imposant un régime ultra strict.

    Amélie est devenue anorexique au Bangladesh, ne supportant pas de manger alors que la misère l'entourait.

     

    Plectrude souhaite suivre la destinée de sa mère (celui désiré par sa tante d'abord mais ensuite celui de sa mère biologique).

    Amélie ... réfléchit et tente une fin de livre déroutante...

     

    Plectrude a également du personnage féminin du roman "Attentat".

    Elle est superbe. Il est laid. Il l'aime. Est-il en droit de penser qu'elle peut l'aimer ?

    Dans Robert des noms propres l'héroïne Plectrude aime non pas la laideur telle que celle du personnage de "Attentat" mais elle aime un défaut qui serait considéré par tout un chacun comme laid (une cicatrice importante) et qu'elle considère, elle, comme superbe et faisant la beauté du garçon dont elle tombe amoureuse.

     

    L'amour enfin, point culminant, peut-il être donné ? 

    Là encore Amélie a manqué de preuves de tendresses de la part de sa mère et cherche, semble-t-il, à pallier à ce manque dans ses romans.

     

    Enfin, bien entendu, malgré cette analyse que je me devais de faire, le style Amélie est toujours là : vif, incisif, surprenant. J'aime toujours autant. 
    Je me dois pourtant de dire que j'ai été dubitative quant à la fin donnée au récit ...

    Mais la lecture est restée un plaisir. 

     

    Chronique partagée sur 

    Nothomb Amélie - Robert des noms propres

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Les fleurs de Satan de Paul Halter

     

    Une femme en fuite arrive dans un lieu hanté qui l'appelle à rester. Le fera-t-elle ? Pourquoi ce lieu est hanté ? Que fuit-elle elle-même ?

     
     

    Si vous avez aimé dans votre jeunesse Gaston Leroux et "le mystère de la chambre jaune" et que vous appréciez les romans policiers d’Agatha Christie vous vous délecterez du roman "les fleurs de Satan" de Paul Halter.

     

    Les ingrédients du mystère :

     

    • Un lieu hanté 
    • Une femme et une "jumelle" 
    • Des pièces closes , un jardin mystérieux 
    • Un homme surgit de nulle part : le "sauveur"

     

    Une intrigue soutenue

     

    Pour en savoir plus mon article complet est ICI

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  • LA RONDE DES SOUVENIRS

     

    Danielle Steel

     

    Tana nous montre qu'une femme peut tenter de réussir sa vie et passer sa carrière en priorité grâce à sa conviction, l'amour de son métier ..mais qu'elle en reste femme tout de même... avec son besoin d'amour (dans tous les sens du terme).

     

    Couverture La ronde des souvenirs

     

    RESUME

     

    Une vie pleine d'embûches... Rien ne pouvait supposer que Tana Roberts, douce et jolie jeune fille, orpheline de père, violée à seize ans, deviendrait un jour une femme indépendante et enviée.


    Grâce à Sharon, d'abord, l'amie précieuse qui lui ouvrira les yeux sur le monde et saura l'écouter, puis à Harry, surtout, le frère de cœur, le double, Tana prendra ses distances avec une mère attentive mais incapable de la comprendre, puis retrouvera confiance en elle, malgré l'événement tragique qui a brisé son adolescence et compromettra longtemps sa vie de femme.

     

    Ne voulant dépendre de personne, Tana se consacre à sa carrière de magistrat, tout en affrontant bien des épreuves et bien des déceptions.

     

    Mais saura-t-elle vaincre ses craintes intérieures pour connaître enfin la plénitude, la sérénité du cœur ?

     

     

     

    AVIS 

    Un livre qui se lit très facilement. Agréable. 

    Tana, l'enfant unique de Jane, qui l'aime mais ne la comprend pas et surtout la déçoit en insinuant qu'elle ment à un moment où elle aurait eu tant besoin de son soutien de mère, devient une femme forte et ambitieuse.

    Sa rencontre sur son parcours scolaire avec son amie noire, belle et intelligente, Sharon, lui ouvre les yeux à 16 ans, sur l'injustice, le racisme, la bêtise humaine.

    Aussi se sent-elle plus que jamais investie dans ses études, puis au-delà, dans son travail, pour vaincre ce qu'elle n'a pu combattre plus jeune en condamnant ceux qui le méritent et en devenant magistrat.

     

    CHRONIQUE SUR  

     Steel Danielle - LA RONDE DES SOUVENIRS

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    5 commentaires
  • Madeleine CHAPSAL

     

    L'amour

    n'a pas de saison

     

    Un livre simple - agréable - sans dénouement miraculeux. Juste la vie ...Les questionnements existentiels de tout un chacun surtout lorsqu'il s'agit d'amour ... vivre avec ? sans ? l'amour est-il à la portée de tous ? à tout âge ?

     

    955489561077.png

     

    HISTOIRE:

    Eugène Vignolles, vieil homme à la retraite, est bien décidé à ne plus bouger de sa campagne charentaise.

    A son âge, pense-t-il, le voici hors mode, hors tout, et ses avis ne peuvent qu'importuner sa fille divorcée, amoureuse d'un homme marié, son petit-fils tarabusté par son premier amour, sa vieille gouvernante mère d'un délinquant...

    Il ne veut plus s'occuper que de son jardin et de sa chienne, Elsa.

    Quand survient l'attentat terroriste du 11/09 contre les tours de Manhattan, c'est l'affolement et tout le monde se regroupe autour d'Eugène.

    Son rôle est de réconforter son entourage grâce à ses conseils, sa belle humeur, son inaltérable humour.

    Ce faisant, le voici qui tombe amoureux de sa vieille amie, la belle Elaine... En vérité, l'amour n'a pas de saison ! Il n'est de retraite qu'en apparence...

     

    AVIS :

     

    Un livre au parler simple qui sent bon la campagne et sa quiétude.

    Certes, restent les inquiétudes...

    des uns, des autres, face à la vie, à l'amour, à la mort...

    Le plaisir de voir les différentes sphères sociales et générationnelles unies dans un désir de communion, de compréhension, et cela avec beaucoup d'indulgence.

    Quelques personnages dont l'auteur nous trace le portrait sont, bien entendu, moins sympathiques, mais tous sont jugés avec sagesse par Eugène Vignolles, qui sait lire dans les cœurs et percevoir les âmes...

     

    Un livre simple - agréable - sans dénouement miraculeux. Juste la vie ...

     

     JE PARTAGE CETTE CHRONIQUE SUR :

    CHAPSAL Madeleine  - L'amour n'a pas de saison

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • Avant et après la quarantaine 

    HUMOUR/HUMORISTIQUE

    "De l'amour poignant...

    aux poignées d'amour"

     

     

    Avant & Apres La Quarantaine -

    Collection Rictus

    Editions Vents d'Ouest

    Texte : Jacky Goupil

    Illustrations : Gez

     

    Mon Avis :

    Un livre amusant et très visuel

    Des jeux de mots qui seront mieux compris par ceux de 40 ans et plus !!

    qui peuvent comparer plus aisément (sourire)

     

    tels que :

     

    Avant 40 ans :

    " Bourreau des coeurs"

    Après 40 ans :

    "Pacemaker"

     

    ou encore :

    Avant 40 ans :

    " Plus de gâteau, moins de bougies"

    Après 40 ans :

    "Moins de gâteau, plus de bougies"

     

    ou une petite dernière :

    Avant 40 ans :

    " Se mettre en ménage"

    Après 40 ans :

    "Nettoyer le salon"

    ...

     

    Quelques minutes (non pas des heures !) de rires - ça fait toujours du bien 

     à nos dépens ! mais l'autodérision ça a du bon

     

    L'exagération donne le ton ..

     

    Alors tout à coup vous vous sentez bien qu'ayant plus de 40 ans ... plutôt du côté des

    - de 40 ? je suis sûre ... (sourire)

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires
  • Musso Guillaume

    L'appel de l'ange

    CV_XO_APPEL DE _ANGE_108*117.indd

     

    Résumé :

    Dans leur téléphone, il y avait toute leur vie…

    New York. Aéroport Kennedy.

    Un homme et une femme se télescopent.

    En ramassant leurs affaires, Madeline et Jonathan échangent leurs téléphones portables.

    Lorsqu’ils s’aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10 000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San Francisco.

    Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l’autre.

    Une double indiscrétion et une révélation :

    leurs vies sont liées par un secret qu’ils pensaient enterré à jamais…

     

    Mon avis :

    Alors que mon avis était mitigé sur le premier livre que j'avais lu de cet auteur,7 ans après, un peu meilleur sur le second, Sauve-moi, je dois avouer que le troisième, L'appel de l'ange m'a complètement séduite.

    Certes il y a toujours les mêmes ingrédients :

    Un homme, une femme, l'un à Paris, l'autre en Amérique, un amour qui semble impossible...

    mais le suspens et l'imagination débordante de l'auteur nous entraînent dans une histoire qui est tout sauf simple, mais exaltante. 

    Un thriller très bien ficelé. Intelligent. On ne peut qu'être pris dans le rythme de ce dernier en voulant en connaître la suite absolument !!

    Je mettrai donc 5/5.

     

    Et remercie vivement ma voisine pour le prêt de ce livre !

     

    J'ai  partagé ma chronique sur ce livre ici : 

    Musso Guillaume - l'appel de l'ange

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  • De Rosnay Tatiana

     Le voisin

     

    14/20

     

    Lecture en cours

    HISTOIRE

    Entre un métier à mi-temps d'écrivain (enfin ... pas vraiment et elle s'en désole puisqu'elle ne fait qu'écrire des biographies de personnes connues qui en retireront toute la gloire) et sa vie de mère avec ses deux enfants qu'elle élève quasiment seule, son mari étant la plupart du temps absent,Colombe a des journées somme toute, tout à fait ordinaires...

    Jusqu'au jour où elle emménage dans un nouvel appartement.

    Chaque nuit, un voisin situé à l'étage supérieur ronge progressivement son sommeil.

    Qui est ce voisin ? Pourquoi fait-il cela ?

     

     MON AVIS

     

    Un livre qui se lit très facilement.

    Le rythme est rapide. L'histoire facile.

    On est happé et pressé vers la fin de savoir comment cela va se terminer.

    Mais j'avoue que j'avais imaginé deux scénarios un peu plus complexes ...

     

    Un livre que l'on a tout de même plaisir à lire.

    Pas du tout dans le style de mon précédent du même auteur, Elle s'appelait Sarah, qui est excellentissime, et qui a demandé des recherches, mais un bon moment de lecture.

     

    Je mettrais 3/5.

     

    Chronique partagée ici :

    De Rosnay Tatiana - Le voisin

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • khadra yasmina

    "Ce que le jour doit à la nuit"

     

    J'ai toujours autant de plaisir à lire cet auteur.

    Finesse, poésie, langage recherché. 

     

     Résumé :

    Algérie, dans les années 1930. Les champs de blé frissonnent. Dans 3 jours, les moissons, le salut. Mais une triste nuit vient consumer l'espoir. Le feu. Les cendres.

    Pour la première fois, le jeune Younes voit pleurer son père.Et de pleurs, la vie de Younes ne manquera pas. Confié à un oncle pharmacien, dans un village de l'Oranais, le jeune garçon s'intégre à la communauté pied-noire.

    Il noue des amitiés indissolubles, françaises, juives : "les doigts de la fourche", comme on les appelle. Et le bonheur s'appelle Emilie, une "princesse" que les jeunes se disputent.

    Alors que l'Algérie coloniale vit ses derniers feux, dans un déchaînement de violences, de déchirures et de trahisons, les amitiés se disloquent, s'entrechoquent.

    Femme ou Pays, l'homme ne peut jamais oublier un amour d'enfance...

     

    Avis :

    J'ai toujours autant de plaisir à lire cet auteur.

    Finesse, poésie, langage recherché.

    Il nous parle de façon romancée de faits historiques :

    Ici la guerre d'Algérie

    (cette dernière n'apparaissant cependant vraiment qu'à la fin du livre - le livre traitant principalement de l'état du Pays, du ressentit du peuple face à la colonisation).

    Younes de Jenane Jato à Rio Salado en passant par Oran,  aura un parcours atypique.

    L'enfant issu d'une famille Algérienne entraînée dans la misère se retrouve sans transition dans le milieu aisé de son oncle, avec un autre nom, Jonas, une nouvelle vie.

     

    Quelques mots de l'auteur :

    p.65 :

    "Tes yeux me manquent

    Et je deviens aveugle

    Dès que tu regardes ailleurs

    Tous les jours je meurs

    quand parmi les vivants

    je ne te vois nulle part

    Qu'est-ce que vivre mon amour

    Quand toute chose en ce monde

    Me raconte ton absence

    A quoi me serviraient mes mains

    Si ce n'était pas ton corps

    Le pouls du Seigneur ..."

     

    p.234 :

    " Les collines recouvertes de duvet miroitaient aux aurores comme une mer de rosée."

    " Chaque instant que l'on volait au temps nous livrait une part d'éternité".

    "Les rumeurs du monde nous parvenaient débarrassées des cacophonies  susceptibles  de fausser le bruissement thérapeutique de nos vignes".

     

     Partage de chronique ici :

    khadra yasmina  "Ce que le jour doit à la nuit"

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  •  Levy Marc

    "La prochaine fois"

    Marc Levy nous entraîne à nouveau dans une histoire d'amour insolite,

    sortant du cadre quotidien. 

    Lecture en cours

     Histoire 

    Parti à la recherche d'un tableau mystérieux, Jonathan croise la route de Clara.

    Tous deux sont convaincus de s'être déjà rencontrés.

    Mais où et quand ?

    A Londres, il y a plus d'un siècle... 

     Avis

    Marc Levy nous entraîne à nouveau dans une histoire d'amour insolite, sortant du cadre quotidien.

    Un amour condamné à l'échec ? impossible ? ou au contraire si crucial, essentiel, qu'il ne peut indéfiniment s'arrêter avant même de s'être concrétisé...

    J'avoue avoir été surprise par la fin de l'histoire ... à laquelle je ne m'attendais pas...

    et vous ?

     

    Partage de chronique ici :

    Levy Marc - La prochaine fois

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique