• Fatou Diome - Ketala

     

    FATOU DIOME

    KETALA

    Belle écriture sensible, intelligente,poétique,lucide, dans laquelle le personnage féminin, assez proche de l'auteure par certains côtés, nous lie. De la belle littérature. J'ai aimé.

    Ma note : 18/20

     

    " Lorsque quelqu'un meurt,

    nul ne se soucie

    de la tristesse de ses meubles"

     

    HISTOIRE

    La très belle et convoitée Mémoria, née au Sénégal, poursuit des études de lettres lorsqu'elle est obligée par ses parents à prendre un époux.

    Makhou, né dans une bonne famille, est l'élu.

    Mais cet homme, toujours célibataire et fêtard malgré les années qui passent, ne cache-t-il pas un secret ? 

    ***

    + http://www.afrik.com/article10079.html :

    Après la mort de Mémoria, sa famille décide de procéder, comme l’indique la tradition musulmane, au partage de ses biens, le Kétala.

    C’est alors que les meubles et les objets familiers de la défunte décident de lui rendre un dernier hommage avant leur éparpillement.

    Pendant les cinq jours et les six nuits qui les séparent de la cérémonie, ils vont donc reconstituer par la parole, la mystérieuse vie de leur maîtresse tant aimée.

     

     

    AVIS PERSONNEL

     

    Je découvre avec plaisir l'écriture intelligente et poétique de Fatou Diome, qui traite le sujet du mariage et des convenances sociales avec subtilité en donnant vie aux meubles de la maison de la défunte Mémoria.

    Ces derniers rendent compte de leur vision des humains avec lucidité et en exerçant un humour aiguisé.

    ex. : 

    p. 18 :

    La télé : "Ras le bol des cartons ! Un déménagement à mon âge ? Non, merci ! S'ils veulent me sortir d'ici, je crame exprès de l'intérieur, comme ça, ils ne pourront pas me fourguer à un foyer inconnu".

    p.149 :

    L'ordinateur : " Une histoire, c'est comme un immeuble, on peut la monter sur quatorze étages, mais on n'a nul besoin de tous les gravir pour comprendre comment tient la bâtisse. Il n'est pas nécessaire d'être maçon pour savoir que le troisième supporte le quatrième...."

    et : "Pas forcément, démentit Montre, les humains étant superstitieux, certains immeubles n'ont pas de treizième étage et lorsqu'il y en a, peu de gens acceptent d'y habiter."

     

    La fin m'a fait verser bien quelques larmes ... et  certains passages sont durs également mais ils sont essentiels au dénouement de l'histoire et à sa compréhension.

    On passe vraiment par tous les états émotionnels avec fatou Diome.

     

     

     

     

     

     

    « Michel de Grèce - L'impératrice des adieuxGardner Lisa - Jusqu'à ce que la mort nous sépare »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Samedi 24 Octobre 2015 à 08:51

    je vois que ce livre t'a bien plu, c'est l'essentiel ! bonne journée

    1
    Vendredi 23 Octobre 2015 à 18:50

    H' oui " objets  inanimés avez-vous donc une âme " Je le crois et super de donne la voie aux meubles !

    Bizes pour une belle fin de semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :