• Pearl Buck - Vent d'est, vent d'ouest

    Pearl BUCK

    Vent d'est Vent d'Ouest

    Couverture de Vent d'Est, Vent d'Ouest

    J'ai redécouvert le temps d'un week-end cette auteure de mon enfance dont j'avais adoré les romans sur la vie chinoise, dont, en particulier, la mère.

     

    HISTOIRE

    "Vent d'Est, vent d'Ouest" retrace l'histoire d'une famille chinoise qui, de tout temps, a toujours suivi la tradition :

    - mariages arrangés entre chinois dès le plus jeune âge des enfants,

    - bandage des pieds des jeunes filles, dont l'unique soucis doit être de plaire et de se conformer aux désirs de leur futur mari, sans chercher à s'intéresser à autre chose qu'à être désirable et une bonne femme d'intérieur, dévouée corps et âme,

    - concubines à loisir pour le mari après s'être "acquitté" de son devoir envers sa première femme,

    - séparation des frères et sœurs dès le plus jeune âge,

    - allaitement maternel effectué par une nourrice lorsque la famille en a les moyens,

    - autorité du père et de la mère, auquel les enfants doivent obéir.

     

    Alors que cette famille modèle, d'un point de vu chinois, suit la tradition en mariant Kwei-Lan, fille de la première épouse, à l'homme auquel elle a été promise, le frère de cette dernière n'entend pas en faire de même et épouse une étrangère, une Américaine.

    Offense aux siens ! il n'a pas le droit de faire cela sans l'accord de son père (surtout) et de sa mère. 

    La tension est tangible au sein du clan. 

    Mais Kwei-Lan, qui, bien qu'ayant épousé un chinois, apprend certaines choses du Pays de l'Ouest, dont son mari revient, y ayant étudié la médecine, se retrouve tiraillée entre deux courants de pensées.

    Elle, si sûre auparavant du bien fondé des traditions, en est tout à coup moins certaine que jamais ...

     

    AVIS

    J'aime l'écriture de Pearl Buck et les sujets sur la Chine. Elle décrit merveilleusement bien cela.

    On sent son vécu dans ce Pays. 

     

     

     

     

     

     

     

    « Jim Fergus - Mille femmes blanchesLedig Agnès - Marie d'en haut »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    4
    Mardi 7 Juin 2016 à 12:27

    Le premier livre d'elle que j'ai lu était "Pivoine" et depuis j'ai toujours aimé cet auteur même si je n'ai, hélas, pas lu tout.

    Bonne journée et bizes

      • Cricket
        Mardi 7 Juin 2016 à 20:31
        Oh oui Josiane Pivoine fut mon premier avant la mère - un vrai plaisir également !! Je t'envoie celui cité ici - c'est amusant j'étais sur le point de le faire et certaine que tu aimerais !! Bisous
    3
    Mardi 7 Juin 2016 à 06:33

    j'avais lu aussi un livre de cette auteure ! bonne journée

    2
    Lundi 6 Juin 2016 à 20:04
    LADY MARIANNE

    en effet un bon roman et pas que de la fiction-
    les pieds bandés car une impératrice avait eu de tout petits pieds--- des siècles de souffrance pour les petites filles-
    une horreur-
    bravo pour le courage du frère qui épouse par amour !!
    merci pour ce partage de tes lectures-
    bisous et bonne semaine-

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :