• Jim Fergus - Mille femmes blanches

     

    Jim Fergus

    Mille femmes blanches

    9/10

    Milles femmes blanches de Jim Fergus JPEG

    HISTOIRE

    May Dodd, internée à l’asile de force par sa famille pour des causes plus que douteuses, se retrouve séparée de ses enfants et de son compagnon.  C’est alors qu’elle prend connaissance de l’incroyable projet tenu secret : Le chef  de la tribu Cheyenne Little Wolf (petit loup) a proposé au Président  américain de troquer mille femmes blanches contre des chevaux et bisons afin de permettre l’intégration du peuple indien.

    Elle le sait, elle fera parti de ce projet. Tout plutôt que rester dans cette prison hostile ! Mais devenir squaw n’est pas si aisé. Comprendre la langue, les rites du peuple d’adoption, s’y conformer, y adhérer, n’est pas toujours facile, voire parfois impossible.   

     

    EXTRAITS

    « Le capitaine Bourke nous a expliqué que la folie est considérée chez les Cheyennes comme un don de Dieu. » (p.133)

    Gertie : « Cette histoire de bonheur est une invention ridicule des blancs. » (p.276)

    Gertie : « Ils t’ont donné un nom ? Moi on m’appelait Ame’ha’e, celle qui vole, parce-qu’un jour je me suis fait éjecter d’un cheval emballé et que j’ai atterri dans un arbre. Ils ont cru que je savais voler.  May : « Ils m’ont surnommée Mesoke, hirondelle. » (p.276-277)

    « Si les indiens ont peu contribué à la littérature et aux arts de ce monde, c’est sans doute qu’ils sont trop occupés à vivre – à voyager, chasser, travailler – pour trouver le temps nécessaire à en faire le récit ou à méditer sur eux-mêmes. » (p.293)

    « Les femmes montent à chaque fois un camp qui constitue l’exacte réplique du précédent …Le cercle tribal est toujours ouvert à l’est. … on se réveille à la chaleur du soleil levant …» (p.300)

    Black coyote «au lieu d’utiliser l’arsenic pour empoisonner les loups, nous devrions nous en servir pour tuer les blancs. Il n’y a qu’à confectionner de nombreuses miches de pain et les distribuer chez eux . Nous avons bien plus à craindre des Blancs que des loups . » (p.430) 

     

     

    AVIS

     Un livre que j’ai lu avec beaucoup de plaisir. Certes je comprends notre spécialiste des indiens et son avis sur ce livre ICI  et qu’il ait trouvé le début un peu longuet et peu intéressant étant donné qu’il s’agit dans les premiers temps de la vie de May Dodd avant son départ vers la tribu … mais personnellement en tant que personne complètement néophyte sur le sujet  j’ai vraiment pu me plonger dans cet univers dépaysant et singulier.

    Certains passages sont, il est vrai, assez violents ; viols et meurtres se retrouvent dans ce livre.  Mais ils font parti de la vie retracée par ces femmes et restent, heureusement, des évènements rares au sein de la tribu ! La sagesse dominant généralement ce peuple calme et compréhensif.

    « Nothomb Amélie - Le sabotage amoureuxPearl Buck - Vent d'est, vent d'ouest »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mardi 31 Mai 2016 à 06:34

    ce livre m'avait marqué ! bonne journée

    1
    Samedi 28 Mai 2016 à 19:56
    LADY MARIANNE

    un livre difficile à ce que tu nous raconte-
    j'espère que toute la petite famille va bien- les filles grandissent--
    bonne fête des mamans demain !
    gros bisous-

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :