• Ruiz Zafon Carlos

    Le prince de la brume

    4/5 

    Toujours un agréable moment -

    Retour vers l'enfance et nos peurs ... mais les enfants sont ici de vrais héros !

     

    Ruiz Zafon Carlos - le prince de la brume

    HISTOIRE 

    1943. Menacée par la guerre, la famille Carver gagne la côte anglaise et emménage dans une belle maison de station balnéaire.

    Mais un démon les y a précédés...

    Intrigués par l'histoire trouble de la maison et ses ombres rôdeuses, Max et Alicia, les enfants Carver, explorent les alentours : le jardin aux statues si expressives, l'épave du cargo échoué dans la baie...

    De redoutables secrets les attendent.

    D'un Prince, surgi de la brume, la malédiction attend son accomplissement.

     

     

    AVIS

    Toujours autant de plaisir à lire cet auteur. 

    Une lecture simple, rapide, facile.

    Le dépaysement un instant.

    On pense à nouveau, comme pour Marina, assez à "ça" de stefen king qui a l'air d'avoir bien inspiré cet auteur décidément, avec la venu d'un clown démoniaque aux multiples facettes...

    Il faut pour apprécier cependant avoir conservé son âme d'enfant...

    Moins destiné au tout public que Marina que j'ai lu précédemment.

     

    • NB :Ce livre fait parti d'une trilogie.

    Les titres des livres suivants :

    " Le palais de minuit"

    "Les lumières de septembre".

     

    • Autre avis sur le même auteur :

     Marina ICI

     

    • A en croire les avis livraddict "l'ombre du vent" serait classé parmi les meilleurs si ce n'est le meilleur à lire de l'auteur !! ça me donne envie !! l'histoire d'un enfant chargé d'adopter un livre... http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=97 

    A noter !! pour les fans.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  • ABECASSIS Agnès

     "Au secours, il veut m'épouser !"

    4/5 

    Desesparate housewives à la française ;) humour assuré.

    HISTOIRE

     

    3 meilleures copines unies comme les doigts de la main partagent des moments agréables, drôles, tout en se questionnant sur leurs relations amoureuses.

    Déborah, divorcée, en couple avec Henri, personnage principal, a une famille recomposée.

    Elle se demande si elle serait prête à se remarier de nouveau.

    Daphné découvre les joies de devenir maman et de supporter son nouveau statut vis-à-vis de sa belle-mère.

    Roxane, ancien mannequin, est aujourd'hui mère de 5 enfants et doit désormais s'habiller dans un taille 44.

    Lassée de son quotidien qu'elle trouve morne, elle  souhaite savoir si son charme peut toujours sévir auprès de la gente masculine.

     

    AVIS

    Desesperate housewives pour celles qui connaissent.

    Voilà à quoi j'ai pensé en lisant ce livre.

    Un livre vraiment pour nous les filles. Nos petits tracas dont les hommes se moquent : poids, complexes... sont passés en revue sous tous les angles avec beaucoup d'humour.

    Parfait pour se détendre !!

     

    Avis partagé sur : 

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  • Levy Marc – Où es-tu ?

    Début moyen - j'ai commencé à aimer à partir du retour de Susan.

    Levy Marc - Où es-tu ?

    HISTOIRE

     

    Susan et Philip ont grandi ensemble, passant progressivement du stade de l’amitié à l’amour.

    Lorsqu’ est venu le moment de choisir des études, d’envisager une carrière, Philip sait ce qu’il veut. Et rentre à  l’université, réussi ses études, sa vie professionnelle.

    Susan sait ce qu’elle veut également. Elle part pour l’Honduras aider les populations dans le besoin pour deux ans.

    Lorsqu’elle revient, pourtant, l’avenir est loin de ce que Philip avait imaginé.

     

    MON AVIS

     

    Le début du livre après une brève introduction nous montrant les personnages, part rapidement dans des séries épistolaires qui sont , certes, nécessaires, étant donné la situation de Philip et Susan mais un peu "ennuyeuses" pour le lecteur.

    Ce n’est qu’une fois que Susan est rentrée de ses deux ans  de service dans l’humanitaire que l’histoire devient plus fluide, agréable à lire.

    Susan est un personnage assez dur avec elle-même et avec son entourage. Elle porte une vraie souffrance en elle et cherche à s’autodétruire et à détruire tout ce qui ressemble un tant soit peu à des sentiments autour d’elle.

    Philip est un être simple qui recherche juste à être heureux.  Parmi ses désirs il souhaite trouver le bonheur avec  Susan.

     

    Conclusion :

     

    Une histoire, qui, en définitive, m’a bien plu, même si le début  m’a un peu gêné.

    On ne peut être vraiment déçu d’un Levy je crois, surtout en tant que femme. Ces personnages sont constamment en train  d’analyser leur comportement, le pourquoi du comment. 

     

    Un auteur très psychologue.

     

    Partagé sur Livraddict :

     

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  • Elle s’appelait Sarah – Tatiana de Rosnay

     

    Histoire

    Sarah, une petite fille âgée de dix ans vit avec ses parents, rue de Saintonge à Paris, durant la seconde guerre mondiale.

    16 juillet 1942. La police vient les chercher, elle, ses parents et son frère.

    Futée, la petite fille enferme son frère dans leur cachette secrète, lui promettant qu’elle viendra le rechercher bien vite, pensant ainsi, le protéger.

    Emmenés au Vélodrome d’hiver (Vél d’Hiv), les familles juives sont parquées durant plusieurs jours dans des conditions inhumaines, avant d’être déportées dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

    **

    Julia Jarmond. 2002. Journaliste américaine mariée à un français.

    Pour la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv, elle doit s’intéresser de près à ce triste évènement de l’histoire.

    Ses recherches la conduisent vers Sarah et son histoire, qui a croisé, elle l’apprendra ensuite, le chemin de sa propre belle famille.

    Avis

     

    Un livre à lire absolument.

    Bien écrit.

    Les vies de Sarah, en 1942 et de Julia en 2002 sont constamment reliées.

    Un chapitre 1942. Un chapitre 2002.

    Ce qui rend l’intensité de l’histoire encore plus importante ;

    Ce qui n’aurait pas été le cas si l’écrivaine avait suivi l’ordre logique : l’histoire de Sarah suivie des recherches de Julia.

    On rentre en plein cœur de ce qu’a été la seconde guerre mondiale pour les familles juives :

    1.  l’exclusion tout d’abord – l’étoile jaune,
    2.  le plan d’extermination ensuite.

    Combien furent lâches, dénoncèrent leurs voisins juifs !au lieu de leur porter secours.

    Combien la police française fut-elle complice du troisième Reich !

     

     

     Mon avis est partagé également sur :

     

    Logo Livraddict (pseudo cricket)

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    8 commentaires
  • BOURDIN FRANCOISE
    Les vendanges de Juillet

     

     

     

     

    Histoire :

    Fonteyne, point de ralliement de la famille d’Aurélien Laverzac, voit  ses quatre enfants, devenus hommes, s’aimer, se quereller, se construire, se détruire.

    La vigne est la vie d’Aurélien, de son fils adoptif Juillet et de son autre fils, Alexandre.

    Les deux autres fils s ont attirés par d’autres professions  qui les éloignent de la campagne.

    Chacun évolue différemment : les femmes, la mort d’Aurélien, ne sont pas là pour simplifier leurs rapports.

    L’héritage va-t-il être intelligemment partagé ?

    Les conflits sont-ils inévitables dans cette fratrie remaniée ?

     

    Mon avis :

    Un très long roman de 760 pages qui se lit, heureusement, très facilement.

    Les femmes sont ici souvent soit prudes soit garces.

    Les hommes orgueilleux, cédant à leurs instincts de mâles.

    L’attrait du pouvoir et de l’argent, la convoitise, l’envie, la jalousie sont des sujets dominants.

     

    Personnellement : j’avais quand même hâte que ça se termine !

     

     

    J'ai préféré mon précédent, même si toujours dans le même style :

    Un été de canicule (avis ici).

     

    Avis partagé sur :

     

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    11 commentaires
  • L'Attentat - Khadra Yasmina

     

    Khadra Yasmina - l'Attentat

     

     

    Histoire :

     

    Dans un restaurant bondé de Tel-Aviv, une femme fait exploser la bombe qu'elle dissimulait sous sa robe de grossesse. Toute la journée, le docteur Amine, Israëlien d'origine arabe, opère à la chaîne les innombrables victimes de cet attentat atroce.Au milieu de la nuit, on le rappelle d'urgence à l'hôpital pour lui apprendre sans ménagement que la kamikaze est sa propre femme.

     

    Avis :

     

    Nous sommes au coeur du *conflit Israëlo-Palestinien . Les attentats suicides sont un moyen de riposte. 

     

    Yasmina khadra à travers les personnages de Amine et sa femme khamikaze tente de nous faire comprendre l'étendu du conflit. 

     

    Son écriture est agréable mais j'avoue avoir moins apprécié que mon précédent livre de lui "l'équation africaine".

     

    Il m'est si difficile de concevoir qu'à notre époque nous continuions à nous battre avec en fond des soucis de religion, d'appartenance à une nation.

    C'est aussi, cependant, le fond de pensée de l'écrivain qui place son personnage principal comme un être au dessus de tout cela, qui aime son prochain, quel qu'il soit, même si , cependant, il a adopté la nationalité Israëlienne...

     

     

     

     

    Avis "L'équation africaine" ICI

     

     

     

    * Quelques informations quant au conflit Israëlo-Palestinien :

    Les Palestiniens sont un peuple, une nation car ils partagent une histoire, une langue, une culture et des valeurs communes. C'est une nation sans Etat qui a connu la domination ottomane puis la domination britannique et qui cherche à obtenir un Etat palestinien depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Historiquement les Palestiniens occupent la Cisjordanie et la bande de Gaza. Ils forment une communauté éparse coincée entre l'Egypte, le Liban et la Jordanie.

     

    La création d'Israël en Palestine (en tant que région géographique) s'est faite au détriment de la forte population palestinienne qui y vivait et qui a dû céder ses terres. La plupart ont été expulsés dans des camps de réfugiés en Jordanie, puis plus tard au Liban. On estime à environ 500 000 le nombre de Palestiniens dépossédés de leurs terres. 

     "Nationalisme xénophobe qui voudrait que chacun chez soi soit la règle :

     "les juifs en Israël, les arabes au moyen orient, les chrétiens en Europe"

     

    [http://forum.canardpc.com/threads/32278-Le-conflit-Israelo-palestinien-pour-les-nuls]

     

    POINT INFO SUPPLEMENTAIRE DANS "Le jeu du mardi sur son 31" ICI. 

     

    Chronique partagée sur : 

     

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • Guillaume Musso – Sauve-moi

    3/5

    Première partie molassone ensuite ça bouge un peu plus...

     

    Musso Guillaume - Sauve-moi

    Histoire

    Juliette rencontre Sam de façon plutôt brutale, puisqu’il a bien faillit l’écraser ! Pourtant, c’est surtout le coup de foudre entre eux deux.

    Malheureusement, les mensonges de l’un et de l’autre rendent leur histoire difficile.

    Elle le croyant toujours marié, lui la pensant avocate.

    Ils se quittent avec leurs remords : avoir menti à l’être aimé.

    Juliette doit repartir en France.

    New-York,  où elle espérait devenir actrice, n’est alors plus qu’un souvenir bientôt …

    Elle céde à l’appel de l’amour, même s’il ne doit durer que le temps d’un week-end… pense-t-elle…

     

    Avis

    Le début : histoire d’amour jolie, douce, tendre…  c’est un peu mou mais sympathique.

    Puis crash de l’avion. On commence à se laisser entraîner par l’histoire qui devient vite de plus en plus intéressante.

    J’ai bien aimé la fin. Un beau dénouement…mêlant bien d’autres personnages.

     

    POINT INFO SUPPLEMENTAIRE DANS "Le jeu du mardi sur son 31" ICI. 

     

    AVIS PARTAGE SUR LIVRADDICT :

     

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  • Didier Van Cauwelaert – L’éducation d’une fée

    3/5

    Histoire :

     

    Si les femmes étaient des fées ? Jolie pensée sortie du cerveau d’un homme qui aime à  se réfugier dans le monde doux, cotonneux, de l’enfance.

    Il en a d’ailleurs été bien inspiré, en concevant des jouets.

    Mais le bonheur qu’il vit depuis plus de quatre ans avec cette femme rencontrée pour laquelle il eu le coup de foudre prendrait fin soudainement ?elle lui dit qu’elle l’aime pourtant. Alors pourquoi ?

    Il se torture l’esprit.

     

     

    Mon avis :

     

    Une jolie histoire sans grande ambition. Trois êtres liés. La douceur subtile d’un foyer, qui, un beau jour, s’efface.

    Pourquoi ?

    Jouer la comédie. Faire celui qui est toujours l’amant, au vu des amis, des parents, du fils de cette dernière. Se questionner sans cesse.

    Pas le style d’histoire que l’on gardera longtemps en mémoire.

     

    Mignon sans plus.

     

     

    POINT INFO SUPPLEMENTAIRE DANS "Le jeu du mardi sur son 31" ICI. 

     

    Chronique partagée sur livraddict :

     

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    10 commentaires
  • Jean-Marie Rouart – La femme de proie

    La femme de proie de Jean-Marie Rouart

     

    Né le 8 avril 1943, Jean-Marie Rouart est romancier,essayiste et chroniqueur.

    Ces œuvres principales sont :

    -         Les feux du pouvoirs (prix Interallié) en 1977,

    -         Avant guerre (prix Renaudot) en 1983,

    -         Ils ont choisi la nuit (prix de l’Essai de l’Académie Française) en 1985. Il y rentre en 1997.

     

    La femme de proie 

     

    2/5

     

    Quand l’amour foudroie : tel est le thème de ce roman dans lequel le narrateur parle de sa rencontre avec Blanche, une femme mariée et énigmatique. Il est alors avec sa compagne, Edwige, meilleure amie de cette dernière, qui, faisant fi du danger représenté par Blanche, décide d’aller en Turquie avec elle et son amant.

    Ce qui devait arriver arriva : le compagnon d’Edwige est en proie à la passion. Une passion fulgurante, dévorante, annihilante, puisque une fois rentré de ce voyage il ne peut se résoudre à ne plus revoir Blanche qu’en tant qu’amie.

    Mais celle-ci, perverse, alors qu’il pensait une union traditionnelle possible ( cocon douillet, amour tendre, félicité) le mène en bateau, décidant de ne pas vivre avec lui et de garder son indépendance, et ceci, à tous les niveaux.

    Comment réussira-t-il à vaincre cet amour ? A s’en détourner ? Y réussira-t-il seulement ? Ou Blanche l’emmènera-t-elle à sa déchéance ?

     

    Mon avis 

     

    Ce roman peut être lu n’importe où, n’importe quand, même devant la télévision tant le fil conducteur est aisé à suivre.

    Quoi de plus banal qu’un homme guidé par sa libido, qui confond amour et attrait sexuel.

    Le narrateur n’est semble-t-il pas prêt à vivre une véritable histoire d’amour, qui passe au-delà de l’amour physique. Comme tous les hommes il se voit « propriétaire » de Blanche, qui lui devrait son confort et lui serait entièrement soumise ; mais cette dernière décide de sa vie, sans attendre rien d’un homme qu’elle considère comme un jouet.

    Certes, le personnage de Blanche est dur mais le narrateur est fatiguant, triste à mourir, jouant l’amant éploré.

     

    Bref, une lecture facile, sans grand intérêt, sauf si vous voulez devenir comme blanche et découvrir les secrets d’une « femme mangeuse d’hommes ».

     POINT INFO SUPPLEMENTAIRE DANS "Le jeu du mardi sur son 31" ICI.

     

     

     

    AVIS PARTAGE SUR LIVRADDICT :

      

    Logo Livraddict

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  • Delphine de Vigan – Rien ne s’oppose à la nuit

    5/5

     

    Delphine de Vigan "rien ne s'oppose à la nuit"

    Né le 1er mars 1966, Delphine de Vigan vit aujourd’hui de son écriture.

    DELPHINE DE VIGAN –PARCOURS LITTERAIRE

    Parmi ces romans certains sont incontournables comme :

    -        « Jours sans faim », son premier roman en 2001.

    -       Un roman autobiographique qui parle d’elle à 19 ans -  alors qu’elle fait des études à Hypokhâgne et devient anorexique ; l’hospitalisation sera impérative à un stade plus que critique (1m75 pour 36 kgs).

     

     

    -       Dans« No et moi », elle met en scène la rencontre et l’entraide d’une adolescente surdouée avec une SDF.

    -        Ce roman.a reçu le prix Rotary et le prix des libraires en 2009 et fut adapté au cinéma en 2010.

     

    -       En 2011, suite au décès de sa mère avec laquelle la relation fut complexe, Delphine ressent un besoin impératif de lui rendre hommage dans son roman « Rien ne s’oppose à la nuit », qui remporte de nombreux prix, dont le prix Renaudot.

     

    ROMAN « RIEN NE S’OPPOSE A LA NUIT »

     

    -       Delphine de Vigan nous parle en toute sincérité, avec des mots simples, forts, de la vie de sa mère, Lucile.

    -        Cette femme qu’elle connait peu, qui se livre rarement, fille d’une famille nombreuse dont le parcours débuta comme une « princesse », modèle pour des collections de vêtements et se termina dans la solitude, au fond de son lit.

    -       Pour écrire son livre, elle effectue des recherches, des interviews, des membres de la famille, frères et sœurs en particulier.

    -       Elle médite sur la façon de construire ce roman, bien moins facile à exposer qu’il n’y parait.

    -       Comment retranscrire des émotions ? comment connaître les émotions de sa propre mère si ce n’est à travers ses propres écrits.

    -       Difficile donc de donner un portrait exact.

    -       Néanmoins elle nous livre celui que l’on fait d’elle, celui qu’elle connait, celui que les photos lui renvoient.

    -       Lucile : une femme d’une sensibilité extrême, d’une vie intérieure riche, d’un comportement tantôt calme, tantôt extravagant. Lucile dans ses périodes normales ou de folie.

    -        

    -       MON AVIS « RIEN NE S’OPPOSE A LA NUIT »

    Delphine de Vigan a une manière d’écrire extrêmement agréable.

    Comment ne pas se sentir concerné par son sujet : « ma mère ».

    N’en sommes-nous pas tous issus ? Ne nous posons-nous pas la question de ce que sont nos relations, de la tristesse que l’on ressent face à l’incompréhensible mort qui nous la ravit un jour : elle, cet être qui « se doit » de rester à nos côtés jusqu’au bout.

    Comment accepter sa mort, quel que fut son rôle de mère, douce, aimante, câline ou plus distante et énigmatique.

    Si, de plus, cette mort est devancée, programmée, l’accepter en est-il plus difficile encore ?

     

    Un roman poignant. 

     

    POINT INFO SUPPLEMENTAIRE DANS "le jeu du mardi sur son 31" ICI.

     

    AVIS PARTAGE SUR LIVRADDICT :

     

    Logo Livraddict

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique